Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Un volcan qui laisse des cendres

Quatre mois après avoir mis en incandescence un marché focalisé sur les solutions de sortie de crise, quel bilan peut-on tirer aujourd’hui du malheureux épisode de l’éruption de l’Eyjafjöll ? À inscrire en premier lieu à l’actif de cet incident : la remarquable mobilisation de la profession. Les tour-opérateurs sont en effet immédiatement montés sur le pont pour échafauder des plans de replis et mettre en place un système de compensation

Quatre mois après avoir mis en incandescence un marché focalisé sur les solutions de sortie de crise, quel bilan peut-on tirer aujourd’hui du malheureux épisode de l’éruption de l’Eyjafjöll ? À inscrire en premier lieu à l’actif de cet incident : la remarquable mobilisation de la profession. Les tour-opérateurs sont en effet immédiatement montés sur le pont pour échafauder des plans de replis et mettre en place un système de compensation efficient pour leurs clients. Mieux, une position commune était rapidement adoptée entre les TO, les compagnies aériennes, le Snav et les associations de consommateurs. Un cas d’école salué par le Medef en termes de gestion de crise. Du point de vue des principaux intéressés, à savoir les clients, la relation de confiance avec leurs prestataires a globalement peu été écornée. Et en nommant rapidement un médiateur en la personne de Thierry Baudier, le gouvernement montrait également qu’il ne restait pas insensible aux difficultés des professionnels. Bref, tout était donc en place avant l’été pour que le consensus porte ses fruits, malgré les litiges soumis au médiateur. Pourtant L’effort n’a pas payé. De nombreux dossiers sont en souffrance de traitements, principalement par leur singularité et exemplarité. Enfin et surtout, les efforts financiers consentis par les tour-opérateurs (et les compagnies aériennes) ont fragilisé dangereusement des entreprises qui s’en seraient bien passé. Le cas de Voyageurs Associés l’atteste bien malheureusement en ce moment. Reste la question de la législation et de son éventuelle évolution pour encadrer ces situations de circonstances exceptionnelles ou d’acharnement du sort, selon les interprétations. Un vide juridique qui reste à combler au plus vite. Espérons donc que dans un proche avenir les cieux seront cléments.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique