Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : le processus d’information-consultation est terminé

La dernière réunion entre la direction et le comité social et économique (CSE) du voyagiste marque la fin du processus d’information-consultation. Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) doit maintenant être homologué par la Direccte.

Après quatre mois de négociations entre les représentants du personnel et la direction de TUI France, le processus d’information-consultation est désormais terminé. A la demande de la Direccte, une dernière réunion du CSE s’est tenu ce jeudi 5 novembre pour que le CSE rende un avis sur le Livre 1 du nouveau projet d’entreprise. Mais c’est bien le sort des agences et des salariés qui y travaillent, objets du Livre 2, qui intéressaient le CSE.

« Nous avons posé toute une série de questions portant notamment pour les agences : le nombre de salariés repris ; les emplois repris, agence par agence ; le calendrier des reprises, … Nous n’avons pas eu de réponses », explique Lazare Razkallah, le secrétaire général du CSE. Le CSE n’a donc pas rendu d’avis sur le Livre 1 du PSE présenté par la direction. « Nous avons par contre voté une résolution qui explique pourquoi nous sommes dans l’impossibilité de rendre un avis », précise Lazare Razkallah. La direction de TUI France, de son côté, indique qu’elle « discute toujours avec les repreneurs, les salariés concernés et la direction des ressources humaines » mais qu’elle ne peut rien signer « tant que le PSE n’a pas été homologué ».

Une réorganisation « inéluctable »

Quoiqu’il en soit, cela acte la fin des négociations entre les deux parties. Le PSE prévoit désormais la suppression de 307 postes (contre 317 initialement prévus), « sans compter l’impact dans le réseau d’agences en propres de TUI France », qui pourrait concerner jusqu’à 266 postes.

Dans les prochains jours, le PSE dessiné par la direction sera transmis à la Direccte. Trois semaines plus tard, l’instance homologuera – ou non – la réorganisation de l’entreprise, devenue « inéluctable », selon Hans Van de Velde, son PDG. « Désormais, notre travail sera de vérifier que tout se passe correctement. Nous devrons analyser les suppressions d’emploi au cas par cas, afin de comprendre pourquoi un salarié est remercié, et pas un autre. C’est un travail de fourmi, vu le nombre de salariés dans l’entreprise (904) », explique Lazare Razkallah.

Mais aucune nouvelle mobilisation n’est prévue, la consultation étant arrivée à son terme et le confinement rendant d’éventuelles actions compliquées à organiser. Pour rappel, TUI France a présenté en juin un projet de réorganisation qui, outre la cession des 65 agences, prévoyait la suppression de 317 postes sur 904 salariés au sein de leurs deux implantations situées à Levallois-Perret, près de Paris, et à Lyon.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique