Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’APST a radié le groupiste Travel Team

La garantie financière prend fin pour le voyagiste Travel Team, dont le patron demeure injoignable.

Le ciel s’assombrit nettement pour le groupiste francilien. « L’APST vient de radier Travel Team pour que la garantie financière puisse prendre fin », nous explique Emmanuel Toromanof, secrétaire général de l’association. « Un délai de trois mois est ouvert aux clients ayant directement contracté, pour qu’ils nous adressent leurs réclamations », ajoute-t-il. L’entreprise a-t-elle effectué une déclaration de cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Bobigny, comme le dit la rumeur ? « C’est toujours une supposition », répond Emmanuel Toromanof, qui n’a reçu aucun document officiel.

Sollicité par nos soins, par mail et par LinkedIn, le patron de Travel Team James Uzan ne nous a jamais répondu. Absent de ses propres bureaux, à Montreuil (93), le dirigeant aurait également des échanges limités avec ses partenaires TO et son équipe. Une situation très difficile pour les salariés, qui sont néanmoins restés cordiaux lors de nos appels téléphoniques.

Un petit sinistre pour l’APST

Spécialiste des groupes et GIR en long-courrier, Travel Team a réalisé 27 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, pour un résultat net de 183 800 euros. Les comptes 2018 ne sont pas publiés.

« Travel Team rencontre a priori des problèmes financiers », nous indiquait dès le mercredi 20 novembre Emmanuel Toromanof, confirmant des informations du marché. Ce ne serait pas un important sinistre pour l’association, qui doit affronter la très coûteuse défaillance de Thomas Cook France, évaluée à 45 millions d’euros. Le groupiste représenterait un sinistre compris « entre 500 000 et 800 000 euros », ajoute le secrétaire général de la caisse de garantie, qui prend en charge les seuls clients directs. L’association pourrait faire partir des clients en service, avec d’autres acteurs du voyage. « Nous verrons ce que nous pouvons faire quand la procédure collective sera officielle. »

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique