Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Thalys : 200 personnes manifestent contre l’arrêt de la ligne Lille/Amsterdam

Entourés d’élus locaux, des usagers de la ligne Paris/Amsterdam, qui marquait l’arrêt en gare de Lille-Europe, ont exprimé leur mécontentement.

Environ 200 personnes, pour la plupart de Lillois allant quotidiennement travailler à Bruxelles, ont manifesté en gare de Lille-Europe, pour exprimer leur mécontentement suite à l’annonce de l’arrêt de la desserte de la capitale chtie par le Thalys qui reliait Paris à Amsterdam.

« Nous souhaitons la remise en place des trains pour aller travailler et assurer une vie professionnelle et familiale », a expliqué à l’AFP Arnaud Vanhelle, président de l’association Train Life, qui regroupe quelque 500 navetteurs.

La compagnie avance une « demande modeste »

Thalys avait annoncé le 28 février que la desserte de Lille depuis Amsterdam, démarrée en avril 2014, ne serait pas poursuivie à partir de 2019.  « Avec un parc de seulement 26 rames pour parcourir tous les jours quatre pays, la mission de Thalys est d’optimiser son offre par rapport aux besoins de mobilité internationale. Or, au départ de Lille, les chiffres font état d’une demande qui reste modeste, » a justifié Bruno Dierickx, directeur commercial de Thalys, cité dans un communiqué.

Dans un courrier commun envoyé à Guillaume Pépy, Martine Aubry, la maire PS de Lille, Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France et Damien Castelain, le président de la métropole, demandent à la SNCF de jouer des synergies pour ne pas pénaliser les travailleurs lillois. « La SNCF détenant 62% du capital de Thalys et 55% de celui de l’Eurostar, nous vous demandons de travailler avec les trois types de trains concernés (Thalys, Eurostar et TGV) pour proposer des solutions dans les meilleurs délais ».

Selon la compagnie Thalys, le taux d’occupation moyen sur les quatre trains est « faible » (25%), et « se double d’un trafic en baisse (-22% depuis 2015), et ce, malgré une politique de petits prix très incitative ».

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.