Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TER Marseille-Nice : avec Transdev « pas de conséquence sur les tarifs »

Le président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Renaud Muselier, tient à rassurer les usagers de la ligne Nice-Marseille.

La région Provence-Alpes-Côte-d’Azur a récemment écarté la SNCF au profit du groupe privé Transdev pour exploiter la ligne TER Marseille-Toulon-Nice. Ce transfert n’aura « pas de conséquence » sur les tarifs pour les usagers, a assuré mardi le président (LR) de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Renaud Muselier.

« L’enjeu, c’est que le contribuable en profite », a insisté l’élu lors d’une conférence de presse à l’hôtel de région, en ajoutant que la politique tarifaire continuera de privilégier l’abonnement tandis que le « billet unique » sera plus cher. « On a fermé zéro gare, zéro ligne, et on n’a pas augmenté les prix », a fait remarquer Renaud Muselier, mettant en avant « un bénéfice net fort pour ceux qui prennent le rail ».

En Allemagne, où Transdev est l’opérateur numéro deux du rail, « le choix des collectivités n’a pas été de baisser les prix », a fait remarquer son PDG Thierry Mallet, « par contre ça a coûté moins cher à la collectivité ». Thierry Mallet a mis en avant le doublement du nombre de trains entre Marseille et Nice, avec des voitures plus spacieuses et plus confortables (avec le wifi, des prises USB et des sièges plus larges notamment), et promis « une baisse de 40% des retards ».

C’est officiellement la première fois que la SNCF perd l’exploitation d’une ligne ferroviaire en France au profit d’un groupe privé, la région l’ayant écarté de ce lot jeudi lors d’un vote qualifié d' »historique » par son président.

Des manifestation à Marseille

Vendredi, plus d’un millier de cheminots avaient manifesté à Marseille contre le « démantèlement du service public ferroviaire ». Transdev devrait se voir transférer 160 cheminots de la SNCF, souhaitant privilégier le « volontariat ». La perte de ce lot a été « un choc pour l’entreprise », a reconnu mardi Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs. Sa filiale « Azur » a elle remporté l’exploitation des liaisons entre Les Arcs/Draguignan (Var) et Vintimille (Italie), ainsi que les lignes Nice-Tende et Cannes-Grasse (Alpes-Maritimes), où l’entreprise publique était seule en lice.

La région était « un client insatisfait il y a quelques années », a reconnu Christophe Fanichet, « mais nous avons redressé la barre ». Face à la concurrence, SNCF Voyageurs promet notamment un train toutes les 15 minutes entre Cannes et Menton, avec un objectif de 50% de voyageurs supplémentaires sur ce lot « azur » : « ce sont autant de voitures en moins sur les routes », a fait remarquer Christophe Fanichet.

La SNCF a promis elle aussi des trains « rénovés », avec plus de confort et de sécurité à bord. Alors que la région avait « le pire rail de France » à l’arrivée de la droite au pouvoir en 2015, selon Renaud Muselier, elle se targue aujourd’hui d’être « la première » sur le sujet de l’ouverture à la concurrence.

Pour la ligne Marseille-Toulon-Nice, le changement d’opérateur sera effectif à partir de juillet 2025. Cette liaison concerne 10% du trafic régional en nombre de trains proposés. Le contrat de concession sur 10 ans est estimé à 870 millions d’euros. Sur ce montant, la région va engager 275 millions d’euros pour l’achat de 16 nouveaux trains et des travaux de maintenance.

A lire aussi :

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique