Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Témoignage : une pro raconte son voyage au Costa Rica pendant la Covid

Aurélie Robert est chef de produit Amérique latine chez Worldia. Elle a récemment participé à un éductour au Costa Rica et partage ses impressions sur ce voyage pas comme les autres.

Un petit groupe de professionnels du tourisme en partance pour le Costa Rica… Une scène qui aurait pu sembler banale il y a encore moins d’un an… mais pas en 2020. Si la démocratisation du voyage semblait avoir presque aboli les distances d’un point à l’autre du globe, la pandémie nous aura appris à quelle vitesse l’ailleurs peut redevenir inaccessible…

Organisé par l’Institut Costaricien du Tourisme, ce voyage professionnel à plus de 8000 kilomètres d’une France à nouveau confinée n’en aura été que plus précieux. “C’était un voyage très particulier au regard du contexte, témoigne Aurélie Robert, rentrée quelques jours plus tôt. Se retrouver seuls au milieu d’un paysage sublime dans une destination habituellement touristique, c’était très marquant. En tant que voyageur, ce sont des conditions idéales, mais cela montre aussi l’impact très fort de la pandémie.” Pour la jeune femme, cet éductour a aussi été une opportunité d’échanger avec d’autres professionnels traversant eux aussi cette crise d’une violence exceptionnelle pour le secteur, et de partager son ressenti.

Des mesures qui rassurent

Depuis le 1er novembre, le Costa Rica a rouvert ses frontières, et le test PCR ne fait plus partie des critères obligatoires pour entrer sur le territoire. En revanche, les passagers doivent remplir un formulaire numérique épidémiologique « Pase de salud » et souscrire à une assurance médicale de voyage couvrant les frais médicaux à hauteur de 50 000$ (dollars américains) en cas d’infection ainsi que les frais d’hébergement à hauteur de 2 000$.

Pour la jeune femme, pas de stress à l’idée de voyager en pleine crise sanitaire. “Pour ma part, je n’avais pas de craintes à partir dans ce contexte, explique Aurélie Robert. “Le Costa Rica est un pays sûr, où la pandémie a été très bien gérée”, estime-telle. Le but de ce voyage était justement de permettre aux professionnels d’apprécier in situ les mesures sanitaires déployées par la destination pour assurer la sécurité des touristes. Bien sûr, de nombreuses mesures sont de rigueur : lavage fréquent des mains, prises de températures à l’entrée des restaurants, des sites touristiques ou avant toute activité et, parfois, désinfections des chaussures. Mais rien de trop contraignant à ses yeux. “Ça ne gâche en rien l’expérience du voyage, assure-t-elle. Au contraire, ça rassure. Et puis le Costa Rica est une destination où l’on se trouve souvent en pleine nature, dans des conditions qui permettent aisément d’ôter le masque.” Conclusion : “Si on respecte le protocole, il n’y a pas de problème, pense la jeune femme. On a pu voir comment les gens gèrent la situation sur place et vraiment, ça rassure. Je n’aurais pas de crainte à envoyer des touristes là-bas, même si bien sûr, on sait que le risque zéro n’existe pas.”

Un autre regard sur la pandémie

Au cours de ce périple d’un peu plus de huit jours, le groupe aura fait du rafting, du kayak, de la rando, rendu visite à une famille indigène, dégusté du café, du cacao, observé les oiseaux… Un programme dense. “C’est vraiment une très belle destination qui offre une grande diversité de choses à faire, une vraie biodiversité, on en prend plein les yeux. C’est une destination qui avait le vent en poupe avant la crise sanitaire et qui a tous les atouts pour revenir sur les chapeaux de roue quand on pourra à nouveau voyager”, estime-telle.

“Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir voyager à l’étranger dans ce contexte. On voit ce qui se passe en France, mais c’est bien aussi de voir ce qui se passe ailleurs dans le monde, souligne Aurélie Robert. Cela permet de prendre la mesure de la situation de tous ces gens qui ne travaillent parce que les voyages sont à l’arrêt. Les guides notamment, bien sûr, nous en avons beaucoup discuté avec le nôtre, qui était vraiment génial. Mais aussi tous ces petits métiers qui gravitent autour du tourisme : les vendeurs de souvenirs, par exemple. Dans certains endroits, tout le monde vit du tourisme. A Tortuguero, c’est le cas de trois quarts des habitants. Cela permet de se rendre compte que dans notre malheur, en France, nous ne sommes pas si malheureux. Et de revenir reboosté en ayant encore plus envie de faire en sorte que ces destinations redécollent pour permettre à ces gens de vivre à nouveau du tourisme. »

A lire aussi :

1 commentaire
  1. voyage au Costa Rica dit

    Le Costa Rica a su gérer de façon exemplaire cette crise sanitaire. La présence de gel hydro alcoolique, les gestes barrières très respectés et l’attention portée au nettoyage des zones public a énormément aidé au contrôle de la pandémie au Costa Rica. Les voyageurs qui ont déjà pu profiter du Costa Rica depuis le déconfinement sont enchantés: les parcs nationaux sont vides, la faune et la flore peut être observée en toute tranquillité. Un vrai havre de paix et d’évasion qui fait du bien en ces temps.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique