Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Suspension des vols avec l’Afrique australe : l’ONU appelle à prendre des mesures appropriées plutôt que de suspendre les vols

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est dit lundi « très préoccupé » par l’isolement de l’Afrique australe, visée par des mesures de restriction de voyages en réaction au nouveau variant Omicron.

Depuis vendredi, l’Afrique Australe se trouve isolée, coupée de nombreux pays qui ont suspendu les liaisons aériennes avec cette région du globe suite à la découverte du variant Omicron. Une situation jugée très préoccupante par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. « Le peuple africain ne peut pas être tenu responsable du niveau immoralement bas des vaccins disponibles en Afrique, et ne devrait pas être pénalisé pour avoir identifié et partagé des informations scientifiques et sanitaires essentielles avec le monde », a-t-il dénoncé dans un communiqué. Le variant Omicron, dont la propagation inquiète le monde, a d’abord été détecté en Afrique du Sud, mais la liste des pays où des cas ont été déclarés ne cesse de s’allonger, notamment en Europe, et désormais en France.

Envisager des tests répétés

Après avoir félicité le gouvernement et la communauté scientifique sud-africaine pour « avoir agi rapidement pour identifier l’émergence de ce nouveau variant du Covid-19 », Antonio Guterres a appelé « tous les Etats » à envisager des « tests répétés pour les voyageurs ainsi que d’autres mesure appropriées et réellement efficaces » afin de réduire les risques de transmission tout en autorisant les voyages.

Le gouvernement sud-africain avait regretté samedi la fermeture de nombreuses frontières à ses ressortissants, disant se sentir « puni » pour avoir détecté le nouveau variant.

Pays africain officiellement le plus touché par la pandémie, l’Afrique du Sud compte plus de 2,9 millions de cas et près de 89800 morts. Seuls 23,8% des Sud-Africains sont complètement vaccinés, plus qu’ailleurs en Afrique mais loin derrière le reste du monde.

La dangerosité et la contagiosité réelles d’Omicron sont encore incertaines, mais la communauté internationale craint que ce variant, classé comme « préoccupant » par l’OMS, soit plus facilement transmissible.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique