Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ski : les remontées mécaniques n’ouvriront pas le 7 janvier

Touchées, mais pas coulées, les stations de ski françaises espèrent désormais sauver les vacances de février.

« Le Premier ministre a indiqué que l’ouverture prévisionnelle pourrait se faire à partir du 7 janvier sous réserve » d’une poursuite du reflux de l’épidémie, avait déclaré à la mi-décembre le secrétaire d’État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne. Or avec 25 000 nouveaux cas de coronavirus et près de 300 décès en 24 heures, la situation en France reste tendue. Sans surprise, les remontées mécaniques n’ouvriront pas jeudi comme cela avait été initialement envisagé, a indiqué mercredi Jean-Baptiste Lemoyne à l’AFP.

« Le gouvernement est bien conscient qu’il y a un besoin de visibilité pour le secteur de la montagne et on s’attache à leur donner le plus vite possible cette visibilité pour la suite de la saison », a-t-il assuré. Précisant toutefois qu’aucune date ne devrait être fixée avant le Conseil de défense de la semaine prochaine.

L’ANMSM demande une date définitive

« On en a marre, il nous faut une date ferme et définitive et qu’on arrête de nous promener », a réagi auprès de l’AFP le président de l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM), Jean-Luc Bloch. « Vous avez le droit de prendre l’avion, le train, le métro mais la montagne c’est dangereux ? On ne comprend plus », a-t-il grincé, estimant que la confiance était « perdue ».

Plus tôt cette semaine, Domaines Skiables de France (DSF) a déploré le mutisme du gouvernement. Et l’organisme a proposé que les premières autorisations d’ouverture soient données dès maintenant selon « la situation sanitaire de chaque département ». Le gouvernement n’a pas retenu cette option.

« C’est l’incertitude qui est la plus délicate », avance Éric Bouchet, directeur de l’office du tourisme des Deux Alpes (Isère). « Pour que la saison se prépare il faut (…) permettre aux réservations d’être prises, préparer le domaine, les équipes et organiser le recrutement et le logement des saisonniers. » Tant que les stations n’ont pas pleinement démarré l’activité, les vacanciers font preuve d’attentisme. Les prises de commandes sont en retard chez les hébergeurs et les agences qui vendent des séjours à la neige.

A quatre semaines des vacances scolaires

« À quatre semaines des vacances de février, l’enjeu est majeur pour remettre en route les stations », insiste Domaines skiables de France, assurant que « le ski n’est pas une activité à risque ». Certains redoutent déjà que toute la saison soit compromise. Les professionnels de la montagne, qui ont adopté de stricts protocoles sanitaires, le vivraient comme une injustice.

Avec un taux moyen d’occupation de 25% pendant les vacances de fin d’année (-70%), les stations de montagne paient un très lourd tribut à la crise sanitaire. La perte de chiffre d’affaires de la filière atteint 1,5 milliard d’euros sur les deux semaines.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique