Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Réussir sans le BTS tourisme

L’expérience est la clé pour réussir dans le tourisme. Mais avec le bac en poche, voire moins, une formation est souvent nécessaire pour trouver un premier emploi.

Les exemples de self-made man du tourisme, de Jacques Maillot à Carlos Da Silva, rentré chez Go Voyages à l’âge de 17 ans, sont légion. Mais « sans BTS Tourisme, il est de plus en plus difficile de se faire une place » témoigne Michel Beyssac, proviseur du Lycée Saint-Vincent-de-Paul à Nîmes. « Le marché de l’emploi est plus tendu aujourd’hui », explique Valérie Boned, responsable de la formation au Snav. L’important est de répondre aux besoins des entreprises. « Le BTS Tourisme n’est pas un pré-requis, nous nous basons avant tout sur l’expérience » explique Sabrina Ledru, directrice développement RH pour le groupe Transat.

Mais la première expérience reste souvent un problème. Certains organismes, comme l’AFT-IFTIM ou l’INFA proposent des formations en alternance ou des cycles courts. « Elles sont très demandées » note Valérie Boned. Les formations courtes, comme celle de Conseiller séjours et voyages à l’AFPA, sont généralement construites en étroite collaboration avec les entreprises, avec une dimension opérationnelle très forte. « Avec le bac en poche, j’ai intégré un poste de conseiller vendeur et suivi une formation avec l’INFA avant d’obtenir un CDI » témoigne un agent de voyages, en Auvergne.

Autre piste, les postes de conseiller voyages dans les centres d’appels qui travaillent par exemple pour Voyages-sncf.com, Corsairfly ou Ecotour.com. Ils permettent de bénéficier d’une formation pratique, par l’entreprise, et de formations sur les produits par les voyagistes et hôteliers. Un tremplin qui permet de se présenter à d’autres postes avec un peu plus d’expérience.

La formation continue et les promotions internes offrent également quelques opportunités. Chez Look Voyages, certains animateurs ont ainsi pu intégrer le service clubs, après plusieurs années. Mais changer de métier dans une entreprise reste difficile.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique