Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Quelle France les touristes étrangers préfèrent-ils ?

Plus de 75 % des touristes qui visitent l’Hexagone sont Européens et ils privilégient le littoral. Les visiteurs lointains plébiscitent Paris et les grands sites culturels. Mais, avec les nouvelles clientèles et les nouveaux comportements, rien n’est définitif.

C’est devenu une antienne : la France est la première destination touristique mondiale avec près de 80 millions d’entrées enregistrées en 2008, mais seulement la troisième en matière de recettes, derrière les États-Unis (110 M$ en 2008, soit un peu plus de 80 ME) et l’Espagne (61 M$). La France ne parvient à capter que 55 M$ de dépenses touristiques. Et, malgré toutes les politiques menées sous tous les gouvernements depuis une petite dizaine d’années, la tendance ne semble pas prête de s’infléchir. Selon le dernier Eurobaromètre touristique de l’Union européenne, grande enquête sur le comportement touristique lancée à travers tout le continent en février dernier, l’Espagne restera en 2010 la destination favorite des Européens, comme en 2008 et 2009. Le pays de Cervantés est cité par 10,4 % des sondés. La France le talonne avec 9,9 % d’intentions de départs, suivie de l’Italie avec 9,2 %. Ces résultats sont loin d’être neutres : l’Europe est en effet le principal bassin émetteur de touristes pour la France. Parmi les 80 millions de visiteurs de 2008, plus de 66 millions venaient du Vieux Continent. Le marché américain, en chute de 20 % l’an dernier, ne génère que 6 millions de touristes et la manne asiatique ne dépasse pas les 4,5 millions. Les Chinois, très prometteurs en termes de recettes, ne sont pas encore assez nombreux pour compenser la désertion progressive des Japonais depuis au moins quatre ans (- 50 % pendant la période). Maison de la France en son temps, devenu Atout France en 2009, a choisi d’investir sur les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) pour développer de nouveaux marchés et enrayer la perte de 2 points de part de marché du tourisme mondial, enregistrée en trente ans. Mais l’Europe reste stratégique, particulièrement en période de crise, plus propice au court et moyen-courriers qu’aux lointains périples.

LE BALNÉAIRE EN BONNE POSITION

Les stratèges en communication peuvent se consoler en constatant que 17 % des résidents de l’UE ayant l’intention de partir en vacances en 2010 n’ont pas encore choisi leur destination. Il est encore temps de promouvoir les atouts de la destination France. Mais quels produits mettre en avant ? Rendez-Vous en France est, en quelque sorte, un supermarché des offres touristiques françaises, où les tour-opérateurs étrangers puisent leurs idées. Et malgré le glissement de la position touristique de la France dans le monde, l’émergence de plus en plus puissante de nouvelles destinations (28 % des sondés de l’Eurobaromètre vont choisir une destination européenne émergente), le magasin fera le plein cette année encore. « Je trouve tout ce que je veux pour ma clientèle », estimait l’an dernier Andreas Lutze, acheteur du groupe Thomas Cook Allemagne, interrogé dans les couloirs de Rendez-Vous en France. « Pas question de réduire ma production sur la France, car notre clientèle reste fidèle aux produits pieds dans l’eau dans le Languedoc, la Corse ou la région Paca. Les côtes françaises restent en effet un poids lourd du tourisme continental. » « 80 % de la clientèle étrangère est européenne », juge Brigitte Bloch, directrice du Comité régional du tourisme d’Aquitaine, la 19e région la plus touristique de l’UE, en termes d’arrivées. Le Languedoc est 18e. La région Provence – Alpes – Côte d’Azur se hisse pour sa part au quatrième rang, avec plus de 12 millions d’arrivées, derrière la Catalogne et l’Andalousie. Dans ces conditions, pas étonnant que le tiercé des régions les plus attractives en terme de nuitées en camping soit très balnéaire : en effet, au hit-parade des arrivées touristiques en hôtellerie de plein air on retrouve, dans l’ordre, la région Paca, le Languedoc et l’Aquitaine. En revanche, seule Paca parvient à séduire autant la clientèle d’hôtellerie traditionnelle. Elle est en effet prisée par d’autres touristes, les visiteurs long-courriers.

L’ÎLE-DE-FRANCE EN TÊTE

Mais aucune région en Europe ne parvient à séduire autant que l’Île-de-France. En effet, elle bat tous les records au niveau continental en nombre d’arrivées, avec 31,4 millions de touristes en 2006, loin devant la Catalogne (16,9 millions) sa dauphine. La région parisienne est aussi la première destination en termes de nuitées, alors qu’elle ne dispose que de la 11e capacité d’hébergement en Europe, avec moins de 400 000 places, contre plus de 600 000 pour la Catalogne, leader européen. L’Île-de-France est un ogre touristique qui truste les huit premières places au classement des monuments les plus visités en France. Sans compter Disneyland Paris et le parc Astérix, tous deux sites non culturels les plus prisés dans l’Hexagone. Seules quelques miettes sont laissées aux régions avoisinantes, comme la Normandie avec le Mont Saint-Michel et les Pays de la Loire avec leurs châteaux, toutes à une journée d’autocar de Paris. Le littoral est promis aux Anglais, Hollandais et Allemands, et les incontournables monuments nationaux comme le Louvre, la tour Eiffel, le château de Chambord ou le Mont Saint-Michel aux Américains, Russes, Chinois, Japonais, Brésiliens… ? Pas si sûr. « La France est incontournable, mais je ne peux plus me contenter d’offrir quelques jours à Paris, s’exclame S.D. Nandakumar, vice-président du TO indien Sahara Global. Les Indiens veulent rester plus longtemps au même endroit, alors je cherche des produits plus spécifiques à Bordeaux, Fontainebleau ou Chamonix, par exemple. » Toutes les régions se mettent donc à espérer un nouveau mix de clientèle, favorisé par le développement du TGV et par l’intérêt pour le tourisme durable et plus naturel. « 50 % de ma clientèle est étrangère », confirme Guillaume Wibaux, le patron de Un lit au pré, un petit TO qui propose par Internet des séjours sous tente style écolodge dans des fermes familiales, au milieu du Limousin, de l’Allier ou de la Manche. Un tourisme qui retrouverait le goût du terroir et de la lenteur…

La France, première destination touristique mondiale, a reçu 80 millions de visiteurs en 2008

17 % des résidents de l’UE ayant l’intention de partir en vacances en 2010 n’ont pas encore choisi leur destination

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique