Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Quel réseau social pour quelle cible ?

Tourisme rime avec réseaux sociaux. Mais lesquels choisir et pour quels objectifs ? Voici une mise à jour de vos connaissances, avec la complicité de l'agence social media Milky.

 

FACEBOOK, POUR UN MARKETING CIBLÉ

Qui peut faire l'impasse sur le réseau de Mark Zuckerberg ? Aucune marque. Facebook rallie 30 millions d'utilisateurs en France chaque mois. Même si son algorithme limite la portée des publications, il est nécessaire de s'accrocher, et de redoubler d'imagination. « Facebook est devenu une plate-forme marketing, et plus seulement de discussion », souligne Pierre Matuchet, DG de l'agence social media Milky. Un vrai support, pour mener des campagnes ciblées.

TWITTER, POUR LA RELATION-CLIENT

L'oiseau bleu, qui compterait cinq millions d'utilisateurs en France, a pris de l'altitude, et pas seulement dans les arcanes du pouvoir et des médias. « C'est un média live, public et conversationnel », note Pierre Matuchet. À l'image des compagnies aériennes américaines, Air France et la SNCF ont fait de leur compte respectif un excellent outil de relation-client. Un modèle à suivre, pour éventuellement s'en inspirer.

LINKEDIN, POUR POSTER ET REPÉRER DES CV

BtoB par excellence, LinkedIn est un réseau de ressources humaines. Il permet de promouvoir son curriculum vitae, mais aussi de débusquer des talents pour son entreprise. Les chasseurs de tête et autres responsables RH ont appris à s'en servir.

PINTEREST, ON PASSE

Pas de place pour deux réseaux sociaux portés par la photo ? En tout cas, Pinterest n'a jamais décollé sur le marché français, particulièrement dans le tourisme.

INSTAGRAM, POUR UNE BONNE IMAGE

C'est l'une des révélations de l'année. Et l'illustration du pouvoir de la photo pour bâtir ou raffermir la réputation d'une marque. Des entreprises comme Air France usent du pouvoir viral et émotionnel des photos sur Instagram (racheté par Facebook). Abusent-elles du levier des concours photos/selfies, au point de lasser ? Non, répond de manière catégorique Pierre Matuchet. Les internautes sont toujours bon public en la matière, et se prêtent avec plaisir au jeu de la photo sur tous les réseaux sociaux. La mise en scène en pixels appartient au XXIe siècle.

VINE, POUR PARTAGER UNE VIDÉO

Son format de six secondes au maximum plaît. « Vine fonctionne bien, sur tout parce qu'il est corrélé à Twitter ». Une vidéo publiée peut être instantanément partagée sur les réseaux sociaux, via un tweet par exemple. Des marques ont commencé à utiliser ce format assez ludique. Mais pas dans le tourisme, pour l'instant.

GOOGLE +, UN INTÉRÊT PLUS QUE LIMITÉ

Le verdict de Pierre Matuchet est sans appel : « Google+, il ne s'y passe rien », hormis quelques Hangouts qui créent de l'animation. Le réseau social de Google n'arrive pas à faire sa place, sauf auprès d'une communauté restreinte, notamment des Geeks. Google+ peut servir le référencement des marques, un atout non négligeable.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique