Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Prendre un congé parental

Un bébé qui arrive et dont on a envie de profiter justifie la prise d’un congé parental que l’employeur ne peut pas refuser. Il faut juste s’organiser.

«Il y a 4 ans de cela, j’étais déjà maman d’une petite fille de 18 mois et je suis tombée enceinte à nouveau, le congé parental s’est imposé parce que j’étais débordée avec de plus un changement de domicile qui m’éloignait de l’agence », raconte Karine, conseillère voyage à Nantes. Elle a hésité un bon moment avant d’en parler à sa responsable mais a tranché pour sa vie de famille. À la suite d’une naissance ou de l’adoption d’un enfant de moins de 16 ans, tout(e) salarié(e) peut bénéficier d’un congé parental d’éducation lui permettant d’interrompre ou de réduire son activité professionnelle pour élever cet enfant. Pour avoir droit à ce congé, il suffit d’avoir un an d’ancienneté au minimum dans l’entreprise à la date de la naissance ou de l’arrivée au foyer de l’enfant adopté. « Je me disais que j’allais mettre mon agence en difficulté car nous ne sommes que deux mais aussi c’est un gros sacrifice financier », explique Karine. Le congé parental n’est en effet pas rémunéré mais le salarié peut, s’il en remplit les conditions, bénéficier du complément de libre choix d’activité servi par la CAF (caisse d’allocations familiales). L’employeur ne peut en aucun refuser la demande même si cela représente des inconvénients au regard de la taille de son entreprise ou son activité. Il faut toutefois effectuer la démarche dans les temps, soit au moins un mois avant la fin du congé maternité, et par lettre recommandée avec accusé de réception. Le congé parental a une durée initiale d’un an, mais il peut être prolongé deux fois à condition que cela n’excède pas les trois ans de l’enfant. Et au retour, le ou la salariée doit retrouver son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente. « Je suis revenue au bout d’un an moins stressée avec une super-nounou qui a pris le relais. Et mes filles, qui ont bien profité de leur maman, sont magnifiques ! »

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique