Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Paris-La Réunion à 500 euros A/R : French blue lance la guerre des prix

A partir du 16 juin 2017, la low cost French blue ouvre sa ligne entre Paris et La Réunion à partir de 498 euros l’aller-retour. De quoi faire baisser les prix sur cette liaison déjà opérée par Air France, Air Austral, Corsair et XL Airways.

French blue tient la promesse d’une politique tarifaire très agressive. Un mois après avoir ouvert la ligne Paris-Punta Cana, la low cost du groupe Dubreuil (Air Caraïbes) a annoncé l’ouverture de la liaison Paris Orly-Saint-Denis de la Réunion, sa seconde destination, à partir du 16 juin 2017 pour moins de 500 euros l’aller-retour.

Quatre compagnies amenées à baisser leurs prix

Trois catégories de tarifs sont en effet ouvertes à la réservation dès à présent : le "Basic" à partir de 249€ TTC l’aller simple, comprenant uniquement le billet et un bagage à main, le "Smart" à partir de 299€ TTC l’aller simple, intégrant un bagage en soute et un repas à bord, et le "Premium", en classe supérieure, à partir de 649€ TTC l’aller simple.

Soit un prix d’appel à 498€ TTC l’aller-retour sans bagage en soute, et 598€ TTC avec repas et bagage en soute. Un prix qui reste inférieur à ceux pratiqués par Air France, qui propose actuellement un tarif promotionnel à 668€ TTC l’aller-retour, mais se positionne d’ordinaire sur un tarif à 829€ TTC l’aller-retour. Autre exemple avec Corsair qui propose l’aller-retour à partir de 668€ TTC, et XL Airways dont le tarif d’appel en cours est de 620€ TTC, bagages et repas compris.

Outre French blue, quatre compagnies (Air France, Air Austral, Corsair, XL Airways) sont ainsi présentes sur cet axe, même si  XL Airways a un positionnement légèrement différent puisqu’elle s’arrête à Marseille avant de redécoller vers La Réunion. Autant d'acteurs qui devront adapter leurs prix pour rester compétitifs.

French blue veut stimuler le trafic

"Il y a peu de destinations comme celle-ci avec une rentabilité extrêmement faible et sur laquelle cinq compagnies sont positionnées", s’inquiète le patron d'Air Austral, Marie-Joseph Malé, que nous avons interviewé sur l’arrivée de la low cost.

De son côté, French blue, qui vise 20% de parts de marché sur cet axe, estime qu’elle va booster le marché. "Saint-Denis de la Réunion-Paris est une ligne dynamique, en croissance, qui dépasse aujourd’hui le million de passagers transportés chaque année. Grâce à notre nouvelle approche tarifaire, voulue plus accessible, nous souhaitons stimuler encore plus le trafic entre l’île de la Réunion et Paris", a déclaré Marc Rochet, le président de French blue, dans un communiqué du 5 octobre.

8 vols par semaine en A330 puis A350

Les 8 vols hebdomadaires seront opérés par deux A330-300, d’une capacité de 378 sièges, puis l’un d’eux sera remplacé en août 2017 par un A350 de 411 sièges, soit une augmentation conséquente de l’offre. En 2018, la liaison sera effectuée par deux A350.

De tels volumes, associés aux tarifs attractifs de French blue, annoncent une véritable guerre des prix entre les compagnies en présence, avec des tarifs plus abordables à la clé pour le consommateur.

Fidèle à son objectif d’une nouvelle destination par an, la low cost du groupe Dubreuil compte desservir l’île Maurice dès 2018. Elle a entamé les démarches pour obtenir les droits de trafic.