Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Nomination de Thomas Thévenoud : les professionnels réagissent

Nous avons interrogé différents professionnels suite à la nomination de Thomas Thévenoud au poste de secrétaire d’Etat à la Promotion du tourisme. Leurs attentes sont nombreuses et variées.

Les professionnels du tourisme se réjouissent du maintien, dans le gouvernement Valls 2, de Laurent Fabius comme ministère des Affaires étrangères avec la Promotion du tourisme sous sa responsabilité. Mais c’est avec une certaine pointe de déception qu'ils ont appris que le Tourisme changeait à nouveau de visage au niveau du secrétariat d'Etat. Et ce, pour la troisième fois en deux ans, puisque Sylvia Pinel et Fleur Pellerin ont précédé Thomas Thévenoud. "A chaque fois, les chefs de cabinet et les équipes changent, ce qui freine la dynamique engagée", regrette Frédéric Vanhoutte, président de commission du Voyage connecté du Snav.

Après les Assises, place aux actes

Thomas Thévenoud devra donc se mettre rapidement à pied d’œuvre afin de rassurer les acteurs. "Nous souhaitons qu’il reprenne tout le travail accompli dans le cadre des Assises du tourisme, en renforçant le digital, ajoute Frédéric Vanhoutte. Le temps de la consultation est terminé, il faut maintenant passer aux actes". Roland Héguy,  président du syndicat hôtelier Umih, est relativement optimiste à ce sujet, puisque le remaniement n’a pas remis en cause le rôle de chef d’orchestre dévolu à Laurent Fabius dans le domaine du tourisme. "On reste en relation étroite avec lui, et les rendez-vous prévus en septembre dans le cadre du suivi des Assises sont maintenus", précise-t-il. "Laurent Fabius dirige le tourisme donc rien ne changera", estime lui aussi Jean-François Rial, Pdg de Voyageurs du Monde.

Jean-Pierre Mas, président du Snav, se veut également confiant : "Je ne connais pas Thomas Thévenoud personnellement, mais je le sais très pragmatique. Le fait que la promotion du tourisme soit de nouveau rattachée au ministère des Affaires étrangères, et donc à Laurent Fabius, est une très bonne chose. Je suis extrêmement satisfait que le tourisme soit considéré comme une activité économique majeure. J’espère que cela va se poursuivre avec Thomas Thévenoud". C’est d’ailleurs ce qu'il attend de lui en premier chef : "qu’il continue à porter le message de l’importance du tourisme en France. J’ignore en revanche si Carole Delga est toujours notre interlocutrice pour la partie règlementation".

Etablir des relations de confiance

Réputé proche d’Arnaud Montebourg, Thomas Thévenoud a beaucoup travaillé ces dernières années sur la fiscalité des entreprises, s’attirant notamment les foudres des professionnels de la restauration fin 2012 lorsqu’il publie un rapport très critique sur la baisse de la TVA dans le secteur.

"Nous le connaissons très bien depuis cette époque, indique Roland Héguy, le patron de l'Umih. Il était au départ pour une fiscalité dure, mais les choses ont changé. C’est un homme de caractère, mais qui reste à l’écoute même dans la confrontation et qui connaît bien les entreprises. Et puis, pour entrer au gouvernement, il a du prendre l’engagement de suivre la ligne définie par François Hollande".

Yanis Kiansky connaît lui aussi le nouveau secrétaire d’Etat, qui a rédigé une proposition de loi visant à sortir du conflit entre les taxis et les VTC. Et le président-fondateur d’AlloCab.com fait partie des professionnels qui restent sur leurs gardes : "Il a complètement trahi notre confiance. De manière assez fourbe, il a passé un amendement contre les VTC, soit le retour garage, qui n’avait jamais été évoqué dans nos discussions". Les véhicules de tourisme avec chauffeur, en passe d'être rebaptisés véhicules de transport avec chauffeur, devraient dépendre à terme du secrétariat d’Etat au Transports, ce qui réjouit Yanis Kiansky.

Transports : les nouveaux dossiers d'Alain Vidalies

Alain Vidalies, le nouveau secrétaire d'Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, reprendra d'autres dossiers épineux laissés par son prédécesseur, notamment celui de la SNCM ou la question de la compétitivité du secteur aérien.

"Nous prenons acte de la nomination de monsieur Vidalies, annonce Lionel Guérin, PDG de Hop ! (…) Nous avons eu une bonne écoute avec Frédéric Cuvillier et je le remercie pour son accompagnement dans le lancement de Hop !. Son action la plus importante, pour nous, est la mission qu'il a confiée à Bruno Leroux sur la compétitivité du secteur aéronautique. Je pense que le nouveau secrétaire d'Etat continuera à suivre ce dossier".

"Le pavillon français continue de perdre des parts de marché, mais il est encore temps d'agir. Il ne faut pas perdre de temps (…) En France, le contexte est difficile. A chaque fois que l'on veut lancer des réformes, cela prend du temps. Mais maintenant, il faut prendre des décisions", ajoute-t-il.

Le SNPL avait demandé la démission de Frédéric Cuvillier

Frédéric Cuvillier avait été critiqué par certains acteurs du transport aérien. Dans un communiqué du 21 mars dernier, le SNPL, principal syndicat de pilotes, avait demandé se démission. Les compagnies aériennes françaises avaient également alerté le gouvernement à plusieurs reprises sur le risque de disparition du pavillon français.

En février 2013, l'ancien ministre avait promis de mettre en place une politique de "soutien au secteur aérien", notamment  en accompagnant "les efforts de productivité et de restructuration des compagnies aériennes par des mesures fiscales et financières leur permettant de restaurer leur compétitivité" et en s'assurant que "les infrastructures aéroportuaires françaises assurent une offre de transport de qualité au meilleur coût".

Mais depuis, peu de mesures ont été prises et le constat dressé par les salariés d'Air France sur le manque de soutien du gouvernement au pavillon français est toujours d'actualité.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique