Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

MKG : l’hôtellerie française a stagné en 2014

Le RevPAR des établissements français a reculé en moyenne de 0,2% hors taxes, indique le cabinet d’études, qui note également que les hôteliers n’ont pas immédiatement répercuté la hausse de la TVA.

Année 2014 sans éclat pour l’hôtellerie française. D’après le bilan annuel du cabinet MKG Hospitality, le secteur a "stagné", avec un RevPAR (revenu par chambre disponible) en léger recul de 0,2% hors taxes, conséquence d’un prix moyen HT en recul de 0,4% (à 83,6 euros la nuit) et d’un taux d’occupation stable à +0,1 point (il s'établit à 65,7% sur l'ensemble de la France et environ 83% à Paris).

"Les hôteliers ont absorbé la hausse de la TVA" passée de 7% à 10% le 1er janvier 2014, explique le directeur du développement du cabinet, Vanguélis Panayotis, pour justifier ces performances mitigées. "Ils ont très peu répercuté cette hausse, ils l'ont absorbée au moins jusqu'à l'été", ajoute-t-il.

Alternance de mois de rebond et de repli

"A l’image de 2013, l’année 2014 s’est caractérisée par une évolution des performances hôtelières mensuelles en ‘tôle ondulée’, c’est-à-dire qui alterne mois de rebond et de repli sans qu’une dynamique durable ne parvienne à s’installer", complète MKG dans un communiqué.

"Il y a une disparité assez importante entre les régions, comme entre l'Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur", note cependant Vanguélis Panayotis. Le bassin méditerranéen (entre 0% et -2%) a été pénalisé par "l'abandon des touristes russes", tandis que la Basse-Normandie a profité du 70e anniversaire du Débarquement et des commémorations, selon lui.

Autre problématique, la concurrence qui s'intensifie : pour Georges Panayotis, PDG du cabinet, "l'hôtellerie subit la montée en gamme des campings et l'installation du marché collaboratif avec Airbnb", un phénomène qu'il estime représenter "5% du marché hôtelier".

Reprise généralisée en Europe

Dans le détail, "le haut-de-gamme (5 étoiles et palaces) est l'un des seuls secteurs en hausse sur l'année 2014 (+1 point de taux d'occupation à 69,8% et +0,5% de RevPAR), ce qui laisse présager une reprise des autres catégories", développe Georges Panayotis. "Les catégories économiques et milieu de gamme sont liées à la demande nationale, alors que l'hôtellerie haut de gamme est liée au contexte international et cette clientèle fait moins d'arbitrage."

Malgré des performances en hausse sur certains mois, notamment en fin d’année (d’août à octobre puis en décembre), la France reste à la traîne d’une reprise observée chez nos voisins européens. Selon MKG, le RevPAR a crû l'an dernier de 4,1% en Allemagne, 4,6% en Italie, 7,0% au Royaume-Uni, ou encore 8,0% en Espagne.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique