Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Médiades dans l’impasse

La préfecture d’Ile-de-France a retiré au TO sa licence d’agence de voyages, qui était suspendue depuis mi-janvier.

Les choses vont de mal en pis pour Médiades. Créé il y a à peine cinq ans par le réceptif turc Ten Tours, le voyagiste s’est vu retirer sa licence d’agence de voyages le 7 mars par la préfecture d’Ile-de-France. Celle-ci était déjà suspendue depuis le 16 janvier, le TO n’ayant pu trouver de nouveau garant suite à sa radiation de l’Association professionnelle de solidarité du tourisme (APS), officiellement pour un dossier mal rempli. Médiades avait trois mois pour trouver cette nouvelle garantie, mais ne semble donc pas y être parvenu.

Diversification mal maîtrisée

Cette énième défaillance d’un TO spécialiste de la Turquie (70 000 clients en 2006), serait cette fois-ci le résultat d’une diversification mal maîtrisée. Sur les Canaries, tout d’abord, où Médiades s’est engagé avec des vols vers Fuerteventura au départ de Nantes et Lyon, en plus de Paris. En Egypte, d’autre part, avec le lancement, en novembre dernier, d’une chaîne charter (avec Europe AirPost et Air Masters) vers Sharm El-Sheik et Taba, sur la mer Rouge. De quoi justifier à l’époque un objectif de 100 000 clients pour 2008, et le renforcement des équipes, commerciales notamment, avec des délégués dans de nouvelles régions, à Nantes, Nice, Marseille, Bordeaux… A l’initiative de la nouvelle directrice commerciale Nerten Rollier, le TO s’était même doté d’un département incentives, axé Turquie et Tunisie.

Las, Médiades, qui travaillait beaucoup avec les agences en ligne (La Bourse des Vols, Promoséjours/Promovols…), semble aujourd’hui avoir toutes les peines du monde à redécoller. Le TO compte encore une vingtaine de salariés, après une petite vague de départs en novembre 2007. Ils attendent aujourd’hui une quelconque information de leur direction, basée en Turquie, les fixant sur leur sort. Nerten Rollier était cette semaine à Istanbul, avec l’espoir de relancer l’activité vers la seule Turquie, le coeur de métier de la maison mère Ten Tours.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique