Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Mariages

Il n'y a pas que les compagnies aériennes qui fusionnent des deux côtés de l'Atlantique. Le phénomène de concentration a d'abord touché les voyagistes pour donner naissance, en Europe, aux géants Thomas Cook et TUI Travel. Avec un marché français atomisé, connu pour compter près de 300 TO, ceux-ci n'ont eu aucunmal à faire leurs [...]

Il n’y a pas que les compagnies aériennes qui fusionnent des deux côtés de l’Atlantique. Le phénomène de concentration a d’abord touché les voyagistes pour donner naissance, en Europe, aux géants Thomas Cook et TUI Travel.

Avec un marché français atomisé, connu pour compter près de 300 TO, ceux-ci n’ont eu aucunmal à faire leurs emplettes dans l’Hexagone dès le début des années 2000: Havas Voyages et Aquatour pour le premier, Nouvelles Frontières, Marmara et Tourinter, notamment, pour le second.

Seul, venu de l’autre côté de l’Atlantique, le canadien Transat a su s’immiscer entre les deux groupes allemands en rachetant successivement Look Voyages, Bennett et plus récemment Amplitude Internationale. Au moment où la consolidation repart de plus belle, sous la pression d’un baril de pétrole de plus en plus cher, ces trois acteurs sont, sans surprise, les chasseurs de la belle prise que représenterait Jet tours.

Le Club Méditerranée, qui a retrouvé le chemin de la croissance sur le nouveau créneau du ?haut de gamme convivial et multiculturel?, estime ne plus avoir besoin de sa filiale pour réaliser les synergies mises en avant lors de son rachat en 1999. Le dossier est arrivé en début d’année sur le bureau de Kuoni et de Thomas Cook, marri de n’avoir pu mettre la main sur Fram en raison d’interminables querelles d’actionnaires.

Las, le prix demandé à l’époque – plus de 75 M€ -, a échaudé les deux candidats. Le Club Med n’a pas pour autant abandonné son projet. Jet tours et ses Eldorador intéresseraient Transat, déjà l’un des leaders français des clubs avec ses Lookéa.

Mais le groupe Nouvelles Frontières, via sa maison mère, pourrait jouer les trouble-fêtes, histoire de trouver un allié précieux à sa marque TUI France promise à un second départ. La nomination, il y a 15 jours, d’Hélion de Villeneuve au poste de directeur commercial de Jet tours peut être interprétée comme la première étape de cette cession à venir.

Qui, du Canadien ou de l’Allemand, sera l’heureux gagnant ? A moins que Thomas Cook ou Kuoni ne reviennent dans la course si le Club Med accepte de revoir à la baisse ses prétentions. On en saura sans doute un peu plus le 15 juin, lorsque ce dernier dévoilera ses résultats semestriels.

Stéphane Jaladis, rédacteur en chef adjoint
Réagir à cet article