Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Marathon de New York : un avocat prend la défense d’une agence

L’avocat de Planet-Tours dénonce la "mauvaise foi" des  coureurs qui ont attaqué en justice les agences de voyages, et invoque un cas de "force majeure caractérisée" susceptible de dédouaner, selon lui, les organisateurs français.

La riposte s’organise chez les agences de voyages qui ont vendu des forfaits pour le marathon de New York. Ce mardi, Gonzalo Claiman-Versini, l’avocat de l’une d’entre elles, l’agence Planet-Tours, a estimé que l’annulation de l’épreuve, suite au passage de l’ouragan Sandy, constitue un cas de "force majeure caractérisée".

Au moins 600 Français et leurs accompagnants, partis à New York pour participer à l’événement, réclament aux agences le remboursement de leur voyage. Ils leur reprochent "un manquement à une obligation d'information et de prudence".

Maître Claiman-Versini, qui a fait lui-même le voyage pour participer au marathon, dénonce la "mauvaise foi" de ces  coureurs. Planet-Tours avait proposé aux quelque 400 personnes dont elle avait pris en charge le voyage de l'annuler et de le rembourser, a-t-il indiqué à l'AFP. 45 ont accepté, les autres ont pris l'avion, le maire de New-York Michael Bloomberg ayant certifié que le marathon se tiendrait, avant de finalement l'annuler une fois les coureurs sur place.

Les plaignants ont "travesti" les faits

Malgré les difficultés après le passage de Sandy, "les agences se sont débrouillées pour trouver un vol, un hôtel et le transfert à l'aéroport", note encore l'avocat. "Les agences n'avaient pas plus d'informations" que les passagers, "tout le monde a appris en même temps" l'annulation du marathon.

Après l'annulation de la course, des mises en demeure ont été envoyées aux agences de voyages, qui avaient proposé à leurs clients un "package" comprenant le vol aller-retour, les acheminements aéroport-hôtel, l'hôtel et l'inscription à l'épreuve sportive.

"Les termes de ce courrier n'ont pas manqué de nous surprendre, tellement ils travestissent des faits dans le dessein de tenter d'engager la responsabilité" des agences, a répondu Me Claiman-Versini dans un courrier.
 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique