Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Malgré la défaillance de Boiloris, l’APST a sauvé les meubles

Le garant financier termine l’année 2016 avec 3 508 adhérents, et un montant de sinistres inférieur à celui de 2015, même en comptant la défaillance du groupe Boiloris, de près de 3 millions d’euros.

 

Comme Alix Philippon, présidente de l’APST, l’avait annoncé en décembre dernier, l’organisme de garantie a dépassé le cap des 3 500 adhérents en 2016. Avec 3 508 membres exactement au 31 décembre, l’association regroupe environ 50% du nombre total d’immatriculés au registre d’Atout France, et 75% des agences de voyages et transporteurs de voyageurs.

Un transfuge de Groupama témoigne

Le 3 500ème adhérent est emblématique : Lionel Rabiet est quadragénaire, jeune entrepreneur à la tête de Croisières d’Exception, et était garanti par Groupama jusqu’à présent. "J’ai changé de garant financier car Groupama nous demandait des nouvelles garanties exorbitantes, sans rapport avec la réalité du risque, explique-t-il. Nous sommes agents de voyages depuis deux ans, nous organisons des croisières à thème avec des médias, sans affréter de bateau. Nous pouvons rendre les cabines si le taux de remplissage n’est pas suffisant".

Il assure avoir trouvé au sein de l’APST une "compréhension de son métier et de ses spécificités, avec des demandes certes exigeantes mais cohérentes avec la saisonnalité de l’activité".

Le sinistre de Boiloris provisionné sur 2016

Outre ce gain de près de 300 adhérents en un an – mais le départ du groupe TUI France -, l’APST compte réaliser un excédent financier "conséquent", dépassant les 2 millions d’euros sur l’année 2016. "J’avais annoncé 5 millions d’euros, mais c’était sans compter le sinistre de Boiloris qui nous coûte entre 2,5 millions et 2,8 millions d’euros, pour environ 1000 dossiers, indique Alix Philippon. Bien que le sinistre ait été déclaré le 12 janvier 2017, il va être provisionné sur 2016". Au total, le montant des sinistres en 2016, en cours de validation, devrait être bien inférieur à celui de 2015, qui était de 7,6 millions d’euros.

En 2017, Alix Philippon promet une stabilité du montant des cotisations, une diminution des frais et des investissements, et un développement des recettes via de nouvelles adhésions.

"Nous allons mettre en place une campagne de communication grand public pour un montant de 400 000 à 450 000 euros", ajoute-t-elle. Les Entreprises du Voyage devraient y contribuer, à une petite échelle. Un conseil d’administration commun est d’ailleurs prévu entre les deux instances, le 1er mars prochain. Il se tiendra à Nice, en solidarité avec les professionnels locaux du tourisme.