Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les pros du tourisme vent debout contre les frais GDS

Inquiets pour l'avenir du secteur, les Entreprises du Voyage et le Seto viennent de co-signer une lettre ouverte adressées à la Commission européenne.

"En tant que représentants des distributeurs indépendants et des consommateurs de services aériens, nous écrivons pour exprimer notre grave préoccupation devant la menace croissante pour la transparence, la concurrence et le choix du consommateur sur le marché aérien."

Dans une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, plusieurs organisations professionnelles européennes du tourisme, dont Les Entreprises du Voyage (EdV) et le Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto), expriment leurs inquiétudes face aux choix commerciaux de certaines compagnies aériennes.

Des compagnies aériennes trop puissantes ?

Les organisations estiment qu’il existe un risque pour les citoyens européens de perdre une partie des droits acquis dans le processus de libéralisation du ciel européen. Et ce pour deux raisons :

–  La consolidation du marché des compagnies aériennes au cours de la dernière décennie, en partie grâce à des fusions et acquisitions, mais aussi à des alliances de partage de codes, et par la disparition "naturelle" des compagnies plus faibles. Une hégémonie qui va leur permettre de "facturer des prix plus élevés". 

La volonté de certaines compagnies aériennes de favoriser leurs ventes directes en taxant les réservations effectuées sur des GDS, "illustrée par la stratégie de distribution des transporteurs du groupe Lufthansa introduit il y a deux ans".

Depuis, d'autres compagnies ont suivi le mouvement comme le groupe IAG (British Airways et Iberia), vient d'annoncer début juin la mise en place d'une taxe de 9,50 € applicable sur chaque vente par l'intermédiaire d'un GDS à compter du 1er novembre 2017.

"Plus les grandes compagnies aériennes rejoignent cette pratique, plus il sera difficile de maintenir un canal de distribution indépendant et neutre où les consommateurs peuvent comparer objectivement les compagnies aériennes", ont conclu les signataires.