Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Des tensions opposent AccorHotels et ses franchisés

Les propriétaires des établissements franchisés AccorHotels, qui représentent 70% du parc hôtelier du groupe, sont en colère contre le groupe.

Les franchisés adhérents de l’Association des Franchisés Accor (AFA) déplorent une hausse significative du coût des redevances sur les cinq dernières années," alors même que les performances commerciales d’AccorHotels s’érodent". C’est l’un des nombreux points qu’évoque l’organisme, dans un communiqué de presse. D’autres doléances suivent. Les hébergeurs regrettent notamment la transformation d’Accorhotels.com en plce de marché, ouverte à des centaines d’hôteliers indépendants.

Perte de confiance

"Avec la mise à disposition de ce canal de distribution, jusqu’alors exclusivement réservé aux hôtels du groupe en filiale et en franchise, beaucoup de propriétaires d’établissements franchisés s’interrogent aujourd’hui sur la légitimité de continuer à payer pour une redevance de marque, explique ainsi Arnaud Fayet, président du conseil d’administration de l’AFA. Cette stratégie d’ouverture, décidée unilatéralement par le groupe (…), a sérieusement affaibli la relation de confiance existant entre les franchisés et leur franchiseur."

Les franchisés évoquent aussi le projet "Booster", impliquant la cession d’AccorInvest à des tiers. "L’AFA constate que (…) AccorHotels se désengage progressivement des métiers de propriétaire et opérateur hôtelier qui lui ont permis de construire, avec les propriétaires franchisés en porte-étendards, sa renommée".

Refus de la médiation

Afin de résoudre les différends existant entre franchiseur et franchisés, et dans le but ultime de renégocier les contrats de franchise, l’AFA a décidé de demander une médiation le 2 mai. Dans un courrier daté du 1er juin, la direction d’HotelServices France a toutefois informé la Chambre d’Arbitrage et de Médiation de Paris qu’AccorHotels "n’entendait pas donner une suite favorable à la proposition de médiation".

"Un contrat de franchise, expliquent les franchisés, c’est comme un contrat de mariage. Et comme dans tout mariage, il y a des hauts et des bas. Nous avons envie de continuer ces franchises, mais, aujourd’hui, cela ne dépend plus seulement de nous…".