Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les congrès des réseaux restent dans l’air du temps

Ces événements ont su s’adapter au contexte économique et aux contraintes du métier d’agent de voyages pour rester un rendez-vous incontournable de la profession.

Il y a les aficionados comme Annie Misistrano. La gérante des deux points de vente Daumesnil Voyages à Paris est une figure incontournable des congrès. « J’ai participé aux 40 congrès Selectour. Je me suis toujours organisée pour venir. Pour moi, il est inadmissible de ne pas être présent. Ça devrait être obligatoire quand on rentre dans un réseau ». Sans aller forcément jusque-là, les conventions continuent à remporter un franc succès auprès des adhérents, en témoigne notre sondage (voir ci-contre). Pourtant, au fil des années, contexte économique oblige, les semaines de « congrès » aux Seychelles ou à Cuba ont progressivement laissé la place à des événements plus courts (2 ou 3 jours maximum), moins loin (maximum 3 heures d’avion) et donc moins chers. Sans pour autant renier sur le confort (les trois congrès auront lieu cette année dans des établissements cinq étoiles).

Le mot d’ordre est désormais le travail. L’enjeu n’est plus de faire rêver mais de proposer des séances de travail thématiques et de dénicher les meilleurs intervenants extérieurs. Ceux qui marquent un congrès et qui permettent aux adhérents d’oublier un moment leurs problématiques professionnelles. Manor avait frappé fort l’an dernier en invitant l’ancien sélectionneur des Bleus, Aimé Jacquet. Cette année, la guest star du GIE sera le journaliste et écrivain Philippe Bloch. AS Voyages n’a pas invité une mais trois personnalités : Henry Quinson, Marc Halevy et Edgar Morin.

LA 1RE MOTIVATION, LES ÉCHANGES ENTRE LES ADHÉRENTS

TourCom fait (comme souvent) un peu bande à part. Sans thème spécifique ni intervenant particulier, le réseau mise tout sur son workshop et son forum. « L’objectif est d’échanger entre professionnels », explique Richard Vainopoulos, président de TourCom. La convivialité et les échanges entre adhérents restent en effet la principale source de motivation des participants. « Ces grandes messes ont un double avantage : celui de remonter le moral des troupes et de resserrer les liens entre adhérents », confie Christophe Braem, directeur de l’agence Pévèle Évasion (Afat). À condition de pouvoir se libérer… Depuis le début de la crise, le tourisme a perdu 3 000 emplois dans le secteur des agences de voyages. Du coup, participer à un congrès implique parfois une gestion au cordeau même pour deux jours d’absence. « Je ne peux pas laisser une personne toute seule à l’agence. Je n’aurai pas le temps de recruter ni de former quelqu’un avant mon départ. Donc cette année, ça sera sans moi », explique Isabelle Michaud, directrice de l’agence Antony Voyages (TourCom). Peut-être l’année prochaine…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique