Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les agences ont retrouvé des couleurs

La consolidation qui se poursuit dans le monde de la distribution et l’envolée des agences en ligne ont profondément modifié notre palmarès en 2004.

L’année 2004 est à marquer d’une pierre blanche. Pour la première fois depuis 2001, l’activité des agences de voyages est repartie à la hausse. Pour autant, l’environnement est resté difficile, marqué par les conséquences de l’accident d’avion de Flash Airlines à Sharm el-Sheikh en janvier, les défaillances de plusieurs voyagistes (Republic Tours, MVM, CIT Evasion, Festival Croisières, Royal Olympic Cruises, Inkatour…), les inquiétudes face à la baisse des commissions aériennes, sans oublier les annonces de licenciements chez Thomas Cook France et Carlson Wagonlit Travel (CWT).

Après deux années difficiles en 2002 et 2003 qui ont mis à mal les trésoreries, beaucoup d’agences n’ont pu éviter la catastrophe. L’Association professionnelle de solidarité du tourisme (APS) a ainsi chiffré à 120 le nombre de défaillances en 2004, en progression de 12 % par rapport à l’année précédente. Sans compter les dirigeants d’agences qui ont préféré arrêter les frais et baisser le rideau avant qu’il ne soit trop tard.

Révélateur de cette reprise, le volume d’affaires de la distribution a augmenté de 3,9 % en 2004, selon le baromètre réalisé par le Centre d’observation économique (COE) et le Syndicat national des agences de voyages (Snav). C’est la billetterie qui a porté l’activité, enregistrant une hausse de 4,6 % comparé à 2003, voire de 7,6 % pour la seule billetterie ferroviaire, grâce aux bons résultats enregistrés à l’international par Thalys et Eurostar. La tendance est confirmée par American Express Voyages d’Affaires au travers son baromètre annuel, qui estime à 3 % la progression du marché du voyage d’affaires en France l’an dernier. Une progression qui intervient après trois ans de récession, mais qui ne permet pas de retrouver les niveaux de 2000.

Une fusion récompensée

La reprise de l’activité tourisme fut en revanche plus que timide en 2004 puisque, selon les chiffres COE/Snav, les ventes de forfaits touristiques en agences n’ont augmenté que de 0,9 %. Ces résultats contrastés entre les ventes affaires et tourisme ont, de fait, différemment impacté l’activité des distributeurs en 2004.

C’était une première attendue depuis un an, Carlson Wagonlit Travel prend la tête de notre palmarès, suite à la fusion avec le réseau lyonnais Protravel. Le distributeur affiche un volume d’affaires en progression de 53 % en 2004 comparé à 2003. Dans ces conditions, American Express Voyages d’Affaires, qui ne communique plus aucun chiffre hormis ses résultats mondiaux (volume d’affaires de 29,11 milliards de dollars en 2004 pour un résultat net de 3,44 milliards de dollars), mais précise que sa croissance en France a atteint 10 %, occupe la deuxième place du palmarès.

Le grand perdant de l’année est Manor, qui chute de la première à la sixième place. Outre la perte de Protravel qui représentait près de la moitié de son volume d’affaires, Manor a dû faire face aux départs de Wasteels (qui a rejoint l’Alliance.T), Acta/CMB Voyages (passé dans l’orbite de CWT), Printemps Voyages (qui intègre aussi l’Alliance.T) et Navigant (qui a rejoint Tourcom). Une hémorragie qui a contraint le réseau à revoir ses statuts, afin d’accueillir des entreprises réalisant un volume d’affaires plus faible (à partir de 2 ME). Selectour en profite pour grimper sur la troisième marche du podium. Le réseau à l’hippocampe, qui a soufflé sa trentième bougie fin 2004, a réalisé une croissance de 5,6 %, en phase avec le marché, pour un volume d’affaires de 1 330 ME. Il est talonné par Afat Voyages (leader en nombre de points de vente), qui affiche une augmentation de 5 % de son activité à périmètre constant (1 300 ME de volume d’affaires).

Côté grande distribution, Voyages Auchan, Casino Vacances et E.Leclerc Voyages poursuivent leur progression, avec une mention spéciale pour ce dernier qui, avec un réseau quasi stable, accroît ses ventes de 14,3 % et son résultat net de 10,7 % en 2004. De son côté, Vacances Carrefour consolide (+1,1 %) et améliore ses résultats financiers (avec des pertes qui passent de 7,9 ME en 2003 à 2,6 ME en 2004). Le réseau prévoit un retour à l’équilibre pour cette année. Un passage dans le vert opéré dès 2004 par Voyages Auchan, à la différence de Casino Vacances, dont les pertes atteignent 500 000 E l’an dernier. Enfin, Mousquetaires Vacances enregistre une hausse de 41,6 % de son activité, mais avec des volumes encore faibles.

Des chiffres difficiles à obtenir

Une fois de plus, l’année aura été marquée par l’envolée des agences en ligne. Désormais huitième de notre classement, Voyages-sncf.com poursuit sa course folle, tirée par les ventes de train, avec un volume d’affaires de 784 ME, en croissance de 68 % en 2004, après +73 % en 2003 !

Les autres sites ne sont pas en reste. Il est malheureusement de plus en plus difficile d’obtenir les résultats financiers réalisés en France par ces sociétés, dont la majorité sont passées sous la coupe de grands groupes qui communiquent uniquement des chiffres mondiaux (Lastminute.com a été racheté par Sabre, Karavel/Promovacances et Opodo par Amadeus, Ebookers par Cendant…). Toutes sont de surcroît loin d’être aussi profitables que Voyages-sncf.com !

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire