Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les agences en ligne marquent le pas

Les ventes des sites de voyages ont rebondi de 14 % en 2011, selon la Fevad. Une performance honorable par rapport à l’évolution du secteur dans son ensemble.

Internet surfe toujours sur la crise. Les ventes des sites de tourisme ont augmenté de 14 % en 2011, après une année 2010 plus dynamique (+20 %), selon la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad). Les 10 marchands du tourisme appartenant au panel de la Fevad (*) représentent des commandes de 12 milliards d’euros en 2011. C’est deux fois le poids des membres de l’Association de tour-opérateurs/Ceto. « Nous étions un peu inquiets au premier trimestre compte tenu des événements dans le monde arabe, a reconnu Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Mais les sites de tourisme ont réussi à limiter la casse, en faisant preuve de réactivité ». Le panier moyen, stable, reste faible à 257 E en 2011 (hors Voyages-sncf.com). Et le taux de transformation s’est amélioré, passant de 1 % pour les e-agences (soit hors Accor et Voyages-sncf.com) au 4e trimestre 2010, à 1,4 % un an plus tard.

LE MARCHÉ FRANÇAIS EN CONCURRENCE

Selon l’association des vendeurs en ligne Level, la réalité est un peu moins rose, quand les ventes de billets de train ne sont pas prises en compte. « Pour la première fois l’an dernier, la croissance des ventes loisirs sur Internet est passée sous la barre des 10 % », estime son président Frédéric Vanhoutte. Le volume d’affaires généré par la distribution en ligne de séjours et de forfaits aurait augmenté de 9 %, contre 12 % pour le vol sec. Sur 2012, marqué par un deuxième trimestre poussif, il sera difficile de renouveler de telles performances. « On devrait flirter globalement avec +10 % », espère Frédéric Vanhoutte. « L’hôtellerie et le produit France, notamment le camping, devraient porter la croissance ». Les experts s’entendent sur un ralentissement continu de l’envolée des ventes réalisées par les pure players, en raison de la conjoncture, mais aussi de la maturité de l’e-commerce. Les agences en ligne françaises, qui détiendraient plus de 40 % du marché de l’e-tourisme, doivent aussi affronter une concurrence assez virulente de la part d’autres acteurs (lire page 39). La bataille se jouera de plus en plus sur les terminaux mobiles. Déjà, 10 % des mobinautes achètent des voyages, essentiellement des billets de train, selon une étude publiée par Mediametrie//NetRatings et la Fevad. Les iPhone et autres iPad ont drainé 2,6 % des ventes globales de Voyages-sncf.com en 2011. Demain, tous les acteurs du voyage dragueront les consommateurs via les smartphones. Apple doit bientôt entrer dans la course. Le fabricant de l’iPhone prépare iTravel, une application de réservations et de services dédiés aux voyages qui pourrait stimuler de nouveaux usages.

* Accorhotels, Club Med, Ebookers, Go Voyages, Lastminute, Nouvelles Frontières, Voyages Loisirs, VoyagePrivé/Thalasseo, Voyages-sncf.com.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique