Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le voyage d’affaires suit de près les dépenses hôtelières

La maîtrise des budgets dédiés à l’hôtellerie et aux frais de mission est devenue une des premières préoccupations des entreprises.

En deux ans, le poids de l’hôtellerie dans le voyage d’affaires a progressé de 4 points, à 23,6 %, tandis que celui du transport a baissé de 16 points à 53 %. Alors que le prix moyen des billets d’avion chute, celui des chambres d’hôtels continue à croître. L’hébergement, qui représente 4,7 milliards d’euros de dépenses pour les entreprises, selon le dernier baromètre EPSA, est donc devenu un des principaux leviers d’économie dans les politiques voyages.

Comme le rappelaient les différents acteurs présents au Market Place du voyage d’affaires, la semaine dernière, cette maîtrise des coûts se heurte toutefois à plusieurs obstacles. Le premier est lié à l’importance des réservations en direct. La part de réservations intermédiées a progressé de 4 points l’an dernier, mais elle ne dépasse pas 27 %, contre plus de 65 % pour les transports. Un problème renforcé par les nouvelles politiques des hôteliers, qui cherchent à réduire leurs coûts de distribution en attirant les voyageurs d’affaires en direct. C’est le cas de Best Western France et de son offre Best Corporate ou d’Accor avec son contrat Away on Business.

Nouvelles attentes des voyageurs

De plus, si 58 % des entreprises réalisant moins de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires ont des politiques bien définies en matière d’hôtellerie, elles ont du mal à les faire respecter par leurs collaborateurs, qui se plaignent d’une offre trop restreinte ou ne souhaitent pas modifier leurs habitudes. Les nouvelles attentes des voyageurs (logements chez l’habitant, apparts-hôtels, résidences hôtelières, hôtels indépendants) vont également obliger les entreprises et les centrales de réservation hôtelières à renforcer de nouveau leurs inventaires sur ces produits. L’autre défi des entreprises est lié à la gestion des frais associés à l’hôtellerie. Les frais de mission dépassent parfois le prix d’une nuit d’hôtel. Les entreprises, dans leurs contrats, jouent donc de plus en plus sur les services inclus comme le wifi, le parking ou les petits déjeuners dans le prix de la nuitée. Mais il est très difficile de tracer tous ces frais. Pour Stéphane Laforcade, président de Hotel Corporate System, on ne peut pas tirer d’analyses poussées des données issues de l’hôtellerie puisque celles-ci n’intègrent pas la catégorie de l’hôtel, le nombre de nuits, ou d’autres informations comme les frais de petit-déjeuner ou le wifi.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique