Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le miracle des chiffres

« L’univers du voyage a toujours été avare de chiffres. Et quand ils existent, il est souvent bien difficile de démêler le vrai du faux, tant les résultats affichés par les uns peuvent être en contradiction avec ceux annoncés par les autres, quand ce n’est pas avec la conjoncture elle-même. Une spécificité propre au secteur du tourisme que Léon Bertrand, tout juste nommé secrétaire d’Etat au Tourisme en juin 2002, n’avait pas tardé à poin

L’univers du voyage a toujours été avare de chiffres. Et quand ils existent, il est souvent bien difficile de démêler le vrai du faux, tant les résultats affichés par les uns peuvent être en contradiction avec ceux annoncés par les autres, quand ce n’est pas avec la conjoncture elle-même. Une spécificité propre au secteur du tourisme que Léon Bertrand, tout juste nommé secrétaire d’Etat au Tourisme en juin 2002, n’avait pas tardé à pointer du doigt avant de demander à ses services de ne publier désormais aucun chiffre à l’exception d’un bilan annuel consolidé de l’activité touristique.

Parfait, me direz-vous, si ce n’est que le bilan 2003 communiqué la semaine dernière en conseil des ministres ne reflète pas les mêmes tendances que celui publié la veille par l’Association des tour-opérateurs-Ceto ! Alors que la Direction du tourisme note une augmentation de 0,6 % des dépenses des Français, le Ceto fait état d’une chute de 5 % des ventes de voyages à forfaits ! Mieux, quand le secrétariat d’Etat au Tourisme pointe une progression de 0,4 % du nombre des séjours à l’étranger, les TO accusent un repli de plus de 6 % de leurs ventes hors de l’Hexagone !

Les chiffres avancés par certains offices de tourisme étrangers ne manquent pas non plus de surprendre. Ainsi, récemment, la Tunisie annonçait une baisse, contenue, de 5,8 % des visiteurs français en 2003. Soit un recul d’un peu moins de 50 000 visiteurs, alors que le Ceto, dont les membres représentent 80 % du marché français du voyage à forfaits et contrôlent particulièrement bien la Tunisie, fait état d’une perte de 100 000 clients. Cherchez l’erreur !

Une telle opacité présente au moins un avantage : quoi qu’il advienne et en dépit d’un probable nouveau recul en 2004 de la fréquentation étrangère dans notre beau pays, il y a fort à parier que la France continuera de s’enorgueillir encore longtemps du titre de première destination au monde. Le secteur du tourisme pourra-t-il longtemps s’affranchir d’un tel aveuglement ?

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique