Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le juste équilibre

Voilà qui devrait rassurer les agences qui doutent de leurs compétences : les offices de tourisme étrangers sont de plus en plus aux petits soins avec elles, et tentent par tous les moyens de se les ?mettre dans la poche?. Preuve qu'elles ont encore un véritable rôle à jouer! Les formations, voyages d'études et partenariats, [...]

Voilà qui devrait rassurer les agences qui doutent de leurs compétences : les offices de tourisme étrangers sont de plus en plus aux petits soins avec elles, et tentent par tous les moyens de se les ?mettre dans la poche?. Preuve qu’elles ont encore un véritable rôle à jouer!

Les formations, voyages d’études et partenariats, qui permettent à un distributeur de mieux communiquer sur son rôle d’expert et de se démarquer face à des sites Internet impersonnels, se multiplient. Avec à la clé un titre d’ambassadeur ou d’agence ?certifiée?, spécialiste de la Polynésie, du Canada ou de l’Australie.

C’est justement pour donner aux distributeurs traditionnels l’occasion de reprendre la main face au web que le Maroc vient d’initier une opération de ce type. La démarche du royaume chérifien est symptomatique de l’évolution du tourisme, devenu un produit de consommation comme les autres.

Avec la mondialisation, la concurrence entre des destinations élevées au rang de ?marques? se fait de plus en plus intense, l’Australie fait de l’ombre aux Etats-Unis, le Brésil lutte avec la Thaïlande, comme Adidas bataille contre Nike. Les offices de tourisme ne peuvent plus se contenter d’être des distributeurs passifs de brochures.

Sur le même sujet

Ils ont désormais pour mission de lancer une ville ou un pays comme on lance un parfum ou une voiture. Dans ce contexte, le recours à l’externalisation se généralise. La folle croissance d’Interface Tourism depuis quelques années, qui représente le Kenya ou l’Equateur dans l’Hexagone, est le symbole de cette évolution.

Des agences de communication ont, elles aussi, compris les avantages qu’elles pouvaient tirer de la situation. Bref, c’est la victoire du marketing! On peut s’en réjouir sur le strict plan de l’efficacité. Mais aussi le regretter tant les dérives potentielles sont nombreuses, dès lors qu’une même société extérieure est chargée de mettre en musique les partenariats avec les distributeurs, la publicité grand public, et les relations avec la presse.

Dans ce contexte, le tourisme éthique et responsable prend heureusement chaque jour un peu plus de place. Il reste à la profession à trouver le juste équilibre…

Thierry Beaurepère, rédacteur en chef

Réagir à cet article

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire