Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Ceto met le devoir d’information en ligne

L’association de tour-opérateurs peaufine son portail d’informations sur les destinations, qui sera opérationnel en septembre pour l’IFTM-Top Resa.

Faire en sorte que tous les professionnels du tourisme disposent d’une information claire et précise, croisant plusieurs sources, et les alertant de manière préventive et/ou en temps réel lorsque surviennent des événements perturbant la vie d’une destination touristique, telle est l’ambition du portail sur lequel travaille actuellement le Ceto. En partenariat avec Sécurité Sans Frontières (SSF) et Antas Conseil, ce gros chantier lié à la sécurité, la prévention des risques et la veille est la priorité de l’association pour la rentrée. « Nous réunirons sur ce portail d’informations BtoB les avis du ministère des Affaires étrangères, de SSF, de divers opérateurs tel Mondial Assistance et les positions des tour-opérateurs eux-mêmes avec les remontées de leurs réceptifs et correspondants sur place. Ils seront agrégés par un comité expert, consultables en ligne et /ou envoyés par alerte mail ou SMS à tous les professionnels abonnés, distributeurs, agences qui pourront ainsi eux-mêmes informer leurs clients en amont, imprimer des documents ou des décharges à leur faire signer le cas échéant », explique René-Marc Chikli, président du Ceto. « L’idée est aussi de pouvoir prouver à un juge que nous remplissons notre devoir d’information vis-à-vis de nos clients. » Dans la jurisprudence Ultramarina, le TO avait été condamné pour défaut d’information. « La contribution demandée sera peu coûteuse, voire gratuite », précise René-Marc Chikli. Le Ceto finance entièrement ce portail. Nous voulons donner à la profession les moyens d’accéder à une information fluide et rapide. » Consulté tout au long de l’élaboration du projet, le Snav le soutient. « Soit le syndicat achètera des accès pour ses adhérents, soit nous négocierons un tarif préférentiel. Ce sont les discussions que nous devons encore mener avec le Ceto », indique Jean-Marc Rozé, secrétaire général.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire