Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Laurent Magnin : La vague du low cost long-courrier est en marche, rien ne l’arrêtera

Sous sa casquette bleue, Laurent Magnin bouillonne. A la tête d’XL Airways depuis 10 ans, il dénonce la campagne de communication de Norwegian qui promet des billets à moins de 200 euros entre la France et les Etats-Unis.

Les Etats-Unis, à moins de 200 euros l’aller simple. Partout, on se repasse le mot, résultat d’une campagne de communication savamment orchestrée par Norwegian qui lance à l’été 2016 trois lignes directes au départ de Roissy pour New York, Los Angeles et Fort Landerdale/Miami. Autant de routes sur lesquelles XL Airways, qui se consacre désormais entièrement au long-courrier, est déjà présente.

Une arrivée en fanfare qui frôle la publicité mensongère selon Laurent Magnin, PDG d’XL Airways France, qui interpelle les consommateurs français et exhorte le pavillon français à passer à l’offensive face aux compagnies étrangères.

L'Echo Touristique : Alors que vous ouvrez la route Paris-Los Angeles le 1er juin, Norwegian a annoncé la semaine dernière le lancement de trois lignes low cost entre la France et les Etats-Unis. Comment percevez-vous l’arrivée de cette compagnie sur un marché désormais stratégique pour XL Airways ?

Laurent Magnin : Ce que je vois, c’est l’arrivée d’une compagnie aérienne qui n’apportera aucun emploi en France. Il faut savoir dans quel avion on monte ! Aujourd’hui, dans un pays qui compte 5 millions de chômeurs, je demande au consommateur, lorsque la différence de prix est ridicule entre une compagnie française et une compagnie étrangère, de bien penser au fait que la compagnie française, elle, donne du boulot à ses enfants, paye des charges et des impôts. Il faut y réfléchir à deux fois avant de se barrer sur une compagnie étrangère pour 10 euros d’écart !

Mais, forcément, lorsque Norwegian annonce un aller simple pour New York à 179 euros, ça fait de l’œil au consommateur…

Depuis une semaine, il y a un énorme barouf sur l’arrivée de Norwegian à des prix incroyables. Ca me fait juste rire, parce que les prix sont en aller simple ! La compagnie n’a volontairement pas fait de comparaison en aller-retour pour une simple et bonne raison : en aller-retour, Norwegian ne fait pas mieux qu’XL Airways, voire même, elle est plus chère. Et en plus de ça, les prix sont donnés sans bagage, sans repas. Alors, je passe un vrai message au consommateur : sur chaque vol, mettez-nous en concurrence, et prenez votre bagage, parce que ça m’étonnerait qu’il n’en faille pas pour aller à Los Angeles, et prenez votre repas, parce que 11 heures dans un avion sans manger, ça m’étonnerait que ce soit faisable dans des conditions sanitaires décentes. On est limites sur le plan de la santé publique ! Non mais sérieusement, c’est quoi ce cinoche ?

Comment comptez-vous réagir ?

On va se battre ! Si Norwegian arrive en disant "on a les meilleurs prix sur les Etats-Unis", elle va devoir le prouver ! Quand vous annoncez, à grand renfort de presse, que vous êtes à 179 euros l’aller simple pour New York et que 48 heures après il n’y a plus rien à vendre à ce tarif, je ne crois pas une seconde que ce soit parce que l’offre eu un succès massif. Je crois que c’est parce qu’il n’y en avait pas à vendre. Et c’est là qu’est la vraie question : quel est le véritable contrôle de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes, NDLR) sur les compagnies étrangères ?

Je n’aime pas qu’on fasse croire au consommateur que l’écart de prix est foudroyant alors qu’il ne l’est pas. Nous aussi, nous pouvons communiquer en aller simple en enlevant tout, les bagages, les repas, ils ne vont pas être déçus ! Du reste, on se pose vraiment la question. Si leurs campagnes de pub dans le métro annoncent des tarifs en one way, on va le faire aussi. Cela étant, si jamais le modèle devait se pérenniser en face de nous, XL apportera des réponses complémentaires.

Vous partagez au moins une chose avec Norwegian : la conviction que l’émergence du trafic low fair et low cost long-courrier est inéluctable. XL Airways se repositionne d’ailleurs complètement sur ce marché. Pourquoi ?

Face à la baisse réelle de l’engagement des TO ces dernières années en France, XL Airways a profondément changé de modèle, avec une politique d’ouverture de lignes régulières. La fin du moyen-courrier, qui était lourdement déficitaire, est programmée pour février 2017. Nous allons simplifier le modèle de XL Airways afin d’en faire une compagnie mono avion (ndlr : uniquement avec des Airbus A330), et mono segment long courrier.

D’après vous, les compagnies hexagonales peuvent-elles tirer leur épingle du jeu sur le long-courrier à bas prix ?

Sur cette question, la dimension européenne est fondamentale, car le dumping social a été très fort ces dernières années. Le pavillon français est en position de défense alors que nous devrions nous donner les moyens d’être beaucoup plus offensifs. La vague du low cost long-courrier est en marche, rien ne l’arrêtera. Mais si la France ne prend pas le chemin de s’armer, notamment grâce à un vrai dialogue avec les partenaires sociaux, nous passerons le train et nous serons laminés par le pavillon étranger.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique