Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Laurent Abitbol (Marietton) : « C’est la crise dans la crise pour les agences et les TO »

Le groupe Marietton ferme ses 450 agences de voyages ce soir. Son président Laurent Abitbol réagit aux annonces d’Emmanuel Macron dans une interview à L’Echo touristique.

L’Echo touristique : Mercredi, le chef de l’Etat a annoncé un reconfinement national qui démarre ce soir. Votre première réaction ?

Laurent Abitbol : Nous n’avons pas le choix. Je peux comprendre. Le gouvernement a des informations que nous n’avons pas. Mais quelle galère pour nous… C’est la crise dans la crise, pour les agences de voyages et les tour-opérateurs. Nous ne faisions déjà plus grand-chose en termes de ventes dans les agences. Mais nous maintenions nos points de vente ouverts tous les après-midis, quatre fois par semaine. C’était important afin de maintenir le lien. Les 450 agences du groupe Marietton ferment ce soir. Nous allons garder ouverts 5 ou 6 de nos 22 plateaux d’affaires. Les voyagistes (Héliades et Voyamar, NDLR) maintiendront une permanence pour la distribution du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 18h. Le samedi sera fermé. Nos sièges sociaux, Selectour et sa salle de marché seront joignables, avec des équipes restreintes.

Président Macron a indiqué que les frontières resteraient ouvertes au sein de l’Europe. Les voyages loisirs ne pourront vraiment pas être épargnés ?

Laurent Abitbol : Non. Les voyages en Europe pourront avoir lieu uniquement pour des raisons professionnelles. Il faudra une attestation. Je me suis renseigné à ce sujet (suite à l’allocution d’Emmanuel Macron, NDLR), par mes contacts.

Avez-vous des reports à prévoir ?

Laurent Abitbol : Les reports que nous avions faits, c’était à compter d’avril 2021. Nous n’avons pas de reports de reports. Pour le reste, des voyageurs reviennent de leurs vacances à la fin de la semaine. Nous avions quelques départs en novembre, nous allons les annuler.

Et pour les clubs ?

Laurent Abitbol : Tous étaient fermés jusqu’en avril, sauf nos deux Naya Club en Tunisie. Ces clubs à Djerba et Hammamet resteront ouverts, notamment pour les longs séjours.

Quelles conséquences pour les équipes ?

Laurent Abitbol : Les équipes du groupe Marietton étaient à un rythme de 30% travaillé depuis six mois. Nous allons sans doute réduire un peu, car nous n’avons pas de revenus.  

Envisagez-vous un plan social ?

Laurent Abitbol : Ce n’est pas d’actualité. Depuis le début de la crise, ceux qui veulent partir le peuvent. Enfin, certains, pas tous. Nous voulons maintenir les compétences. Tant que l’Etat nous aide, nous n’avons pas de problème. Nous avons contracté un important PGE, que nous n’avons pas utilisé. Marietton est un groupe solide.

Qu’attendez-vous du gouvernement ?

Laurent Abitbol : Une prise en charge de l’activité partielle jusqu’au 30 juin, les exonérations de charges sociales -les caisses de l’URSSAF nous accompagnent bien-, une baisse de 30% des loyers. C’est à ces trois conditions que nous arriverons à tenir. Nous sommes sinistrés de sinistrés depuis le printemps, bien plus que les restaurants, puisque nous envoyons des clients à l’étranger. Le gouvernement le sait. Nous avons un très bon avocat auprès du Premier ministre, Jean-Baptiste Lemoyne. J’espère qu’il continuera à bien nous soutenir, nous lui faisons confiance.

A lire aussi :

 

2 commentaires
  1. Gomes dit

    Si Marietton a contracté un PGE important qu’il n’a pas encore utilisé, pourquoi demander en plus des aides supplémentaires de l’Etat ?

  2. JEAN CLAUDE FABRE dit

    Il n’y a jamais de crise lorsque les événements son prédictifs depuis plusieurs années ! Evidement ce n’est pas le cas du COVID, devenu prédateur avant l’heure.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique