Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La SNCM préparerait un plan social de 800 postes

D’après le quotidien La Provence, qui cite un adjoint au maire de Marseille, la compagnie préparerait un PSE accompagné de l’arrêt de la desserte de Toulon, l’abandon du service de pointe en été et la vente de deux navires.

La nouvelle risque sans doute de déclencher la colère sur le port de Marseille. D’après le quotidien La Provence, Roland Blum, le premier adjoint au maire de la cité phocéenne, a annoncé lundi soir lors d’un conseil municipal qu’il détenait "des informations fiables" selon lesquelles la SNCM préparerait un plan social comportant "près de 800 licenciements et notamment la suppression de 80 à 90 postes d'officiers".

D’après lui, ces suppressions de postes seraient la conséquence d’un plan de restructuration de l’entreprise, dont les grandes lignes sont toutefois évoquées depuis plusieurs mois. Il pourrait déboucher également  sur "l'arrêt des rotations au départ de Toulon" (lancées il y a un an, mais qui s'avèrent manifestement difficiles à rentabiliser) et "la vente de deux navires dont le vaisseau amiral Napoléon Bonaparte" (qui est à l’arrêt depuis son accident en octobre 2012).

Vers une perte de 17% de parts de marché?

Serait également envisagé "l'abandon du service de pointe", autrement dit la part des rotations estivales qui ne seront plus subventionnées dans le cadre de la future délégation de service public (DSP), et qui représentent environ 500 000 passagers. Au total, ces décisions pourraient faire perdre à la compagnie 17% de parts de marché.

L’élu local a indiqué d’autre part qu’il n’existe pas de preuve que la compagnie puisse financer la commande de ses futurs navires, soit 4 à 5 nouvelles unités devant remplacer les actuels ferries en cas d’attribution de la DSP.

Il reconnaît toutefois que "la SNCM dispose d'un plan B qui permettrait de limiter les dégâts sur le plan social". La discussion serait à l’ordre du jour du conseil de surveillance qui se tiendra le 21 juin.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique