Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La mémoire du risque

Après la tempête, la polémique. Le drame qui a touché ce weekend la côte ouest de la France est certes inacceptable. Que nous déplorions à ce jour près d’une soixantaine de victimes à la suite de cette inhabituelle intempérie, qui avait pourtant fait l’objet d’un avis d’alerte de Météo France, est surtout inconcevable. Au lendemain de cette catastrophe, nous voilà bien étonnés de la puissance des éléments à reprendre le dessus sur les réalisations humaines. Doit-on y voir une benoîte naïveté teintée d’amnésie collective, comme si du passé nous faisions régulièrement table rase ? En l’espèce, les trois singes de la sagesse ont plutôt, ici, l’inconscience de ne vouloir entendre pour pouvoir faire comme si « on ne savait pas ». Et de découvrir aujourd’hui que deux millions de nos concitoyens vivent dans des zones inondables et que le non-respect d’élémentaires règles d’urbanisme est d’usage dans notre pays.Au-delà des pertes humaines, l’impact économique du désastre va se chiffrer en millions d’euros. Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, évoquait mardi sur l’antenne de France Inter l’impact de la catastrophe sur le tourisme. L’occasion pour lui « d’appeler à ce que nous ne soyons pas inquiets sur la saison à venir, car nous savons qu’en matière d’environnement naturel, nous sommes dans une région exceptionnelle de notre pays. Les choses peuvent aller assez vite pour que, de nouveau, nous puissions accueillir une clientèle touristique de qualité ». À ce jour, les dégâts touchent essentiellement les infrastructures de l’île de Ré et les campings de Vendée et de Charente- Maritime. Si la fréquentation des vacances de printemps est compromise, les comités départementaux du tourisme nous disent être confiants pour la saison estivale. Nous leur souhaitons vivement d’avoir raison. Alors, ne mésestimons pas les prochains avis de tempêtes…

Sur le même sujet

Laurence ROUSSEAU
Directrice de la rédaction

Réagir à cet article