Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La 4e convention du Snav sonne la fin d’une ère

Le rendez-vous annuel du Snav à Biarritz a été inauguré avec la volonté de réinventer les relations des professionnels entre eux, avec leur environnement et avec leur syndicat. Un électro-choc salvateur pour préparer l’avenir.

Le président de la 4e convention du Snav à Biarritz, Christian Orofino aime ménager ses effets : Je pense que cette convention sera la dernière d’une ère de développement de notre activité qui a duré un demi-siècle…(silence)…et la première d’une nouvelle ère : celle de la réorganisation et la restructuration de notre profession. Virage Internet mal négocié, pseudo-producteurs de coffrets-cadeaux qui ont soufflé le marché aux producteurs, opportunistes étrangers au métier sentant le bon coup du développement durable, incapacité des professionnels français à exporter les produits qu’ils savent élaborer, inaptitude à atteindre une taille critique pour engager un vrai processus industriel tel qu’il existe dans les autres pays européens…Le diagnostic établi lors de cette convention est sans appel. Il faut se réveiller. A cet appel à la révolte du président de la convention, Georges Colson, président du Snav a répondu en montrant à ses adhérents, mais également à toute la profession, que le Snav savait répondre aux défis auxquels la profession va devoir faire face. Nous avons le savoir-faire mais pas suffisamment le faire-savoir a-t-il lancé à un public discret. C’est pour pallier ce manque de transparence, que chaque président de commissions techniques a présenté le bilan des actions de sa commission, mais également fait état des dossiers en cours. Négociations autour du versement au BSP, éco-contribution obligatoire pour les professionels depuis le 1er janvier, amélioration de la communication de crise, négociation sur les directives européennes, structuration de l’offre réceptive, attaque frontale des GDS par les compagnies aériennes pour réduire leurs coûts, etc. L’année qui débute va donner l’occasion au Snav de montrer sa capacité à peser sur les mutations de son environnement.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique