Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Jean-Baptiste Lemoyne : « Des stations de ski sont très dépendantes des clientèles britanniques »

Le gouvernement et les stations de ski planchent sur une réaffectation de campagnes marketing afin de cibler les skieurs français.

Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué chargé du Tourisme et des PME, a réuni le Comité de filière tourisme ce mercredi 22 décembre. L’occasion de faire le point avec les professionnels du secteur sur les conséquences de la crise sanitaire. Et ce, alors que le variant Omicron « déferle sur l’Europe », a souligné le ministre délégué lors d’une conférence de presse organisée dans l’après-midi.

Le projet de transformation du pass sanitaire en pass vaccinal sera examiné en conseil des ministres le lundi 27 décembre, a-t-il indiqué en préambule.

A l’heure où les vacances de fin d’année se poursuivent, Jean-Baptiste Lemoyne a longuement évoqué la montagne française. Les massifs bénéficient d’une « bonne attractivité » et d’une « bonne fréquentation française », après une saison 2020/21 privée de remontées mécaniques. Les stations de ski sont néanmoins affectées par le rétablissement des motifs impérieux pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, et un peu par le confinement aux Pays-Bas, reconnaît Jean-Baptiste Lemoyne.

Réaffectation de budgets marketing

« L’impact est inégal selon les stations, précise-t-il. Des stations sont très dépendantes des clientèles britanniques, comme Val d’Isère et Courchevel. D’autres beaucoup moins, c’est le cas de Samoëns et de Chamonix. »

Sur l’ensemble des massifs, les Britanniques représentent habituellement 13% des nuitées, contre 66% pour les Français.  

Dans l’espoir de compenser la baisse prévisible des clientèles internationales, les acteurs de la montagne aspirent à un « redéploiement » marketing au profit du marché français. « Nous travaillons avec Atout France et France Montagnes sur une réorientation d’un certain nombre de campagnes marketing. On a aussi des marges de manœuvre pour inciter les Français à partir à la montagne, comme le dispositif Départ 18-25. » 

L’outgoing en difficulté

Alors que les restrictions de déplacements internationaux se multiplient, les opérateurs de voyage ne sont pas à la fête, admet par ailleurs Jean-Baptiste Lemoyne. Les TO et les distributeurs enregistrent une baisse d’activité après des mois d’octobre et de novembre porteurs. Quant aux autocaristes, leurs carnets de commandes restent « faméliques » en janvier et février.

Au regard de la crise, des aides, annoncées hier, visent les agences de voyages, l’événementiel, les traiteurs et les entreprises de loisir indoor. La réactivation de l’aide aux coûts fixes s’ajoute à la prise en charge à 100%, sous certaines conditions, de l’‘activité partielle. Des mesures de soutien qui ne satisfont pas l’ensemble des acteurs.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique