Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ibiza,l’île aux deux visages

Laurence Lagache, responsable de l’agence de voyages Orchade (Tourcom) à Paris xviie, a découvert l’île d’Ibiza lors d’un éductour organisé par Merîlia.

D’Ibiza, j’avais l’image d’une destination où tout tourne autour de la fête et des boîtes de nuit. Elle ne faillit pas à sa réputation ! Mais quand on veut bien se donner la peine de quitter les sentiers battus, en s’enfonçant dans les terres ou en longeant la côte Nord, on peut découvrir une autre facette de l’île, plus sauvage et calme. C’est ce que j’ai pu constater en acceptant l’invitation de quatre jours de Merîlia.

Nous avons quitté Paris sous la grisaille d’octobre, pour atterrir quelques heures plus tard – après une escale à Barcelone – à l’aéroport d’Ibiza. Nous pensions être accueillis sous un soleil radieux, mais c’est en réalité un orage qui nous attendait. Une déception de courte durée, puisque après un bon déjeuner et un verre de hierba (la liqueur locale), nous arpentions déjà les ruelles de la vieille ville d’Ibiza sous un ciel plus clément. Cette cité fortifiée, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, regorge de maisons blanchies à la chaux, d’échoppes, de cafés et de restaurants. On y flânerait des heures ! Du haut des remparts, la vue sur la mer turquoise est magnifique, à condition de faire abstraction des constructions récentes qui envahissent la partie basse.

La première nuit à l’hôtel Paladium fut la bienvenue, avant de nous lancer dans un programme dense. Car dès le réveil, nous avons pris la direction du nord de l’île. La campagne, illuminée par les oliviers, citronniers et figuiers de barbarie, tranche avec le béton des alentours de la ville d’Ibiza. Première étape à Santa Eulalia, petite ville balnéaire. Elle m’est apparue très agréable, surtout hors saison, lorsqu’on l’on peut sans problème étaler sa serviette sur le sable ou parcourir la promenade longeant la mer en toute quiétude. Une brève visite de San Carlos nous a ensuite permis d’apprécier le charme de ce petit village typique du centre de l’île, avec une réception organisée en notre honneur au Can Jaume des Gall. Cet hôtel d’agrotourisme est installé dans une finca – une grande propriété du xixe siècle. Nous y avons dégusté d’excellentes tapas au bord de la piscine. L’accueil était chaleureux, la nourriture délicieuse et le cadre idéal. Pour clore en beauté cette journée, nous avons profité du Spa Cascades suspendues de l’hôtel Hacienda Na Xamena, face à une agréable crique.

Ibiza by night, version people

Il nous aura fallu une demi-heure de ferry pour rejoindre le lendemain le port de Savina, porte d’entrée de la petite île de Formentera, au sud d’Ibiza. Une excursion placée sous le signe du farniente. Nous avons déjeuné dans un restaurant en bord de plage, puis passé le reste de l’après-midi à bronzer et à nous baigner. Formentera est parfaite pour une découverte à la journée, d’autant qu’on peut y louer vélos et scooters. Pourtant, son paysage très aride ne m’a pas donné envie d’y séjourner plus longtemps.

Le soir, de retour à Ibiza, c’est un autre visage de l’île que nous avons découvert, celui qui fait les beaux jours de la presse people. D’autant que Merîlia avait prévu une soirée au Pacha, l’une des discothèques les plus réputées de l’île ! Heureusement que nous étions conviés. Car à 50 E l’entrée, elle n’est pas accessible à tout le monde… La nuit tombée, les rues et les terrasses de cafés de la ville s’emplissent de gens bigarrés dans une ambiance festive, et les boutiques de souvenirs ou de vêtements restent ouvertes jusque très tard. Autant dire que pour certains, la nuit fut très courte, et la journée libre du dimanche bienvenue !

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique