Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Gilles Delaruelle crée une deuxième start-up

Dans la foulée du site BtoB Doyourtravel, l'ancien patron d'Havas Loisirs développe une deuxième jeune pousse dans le voyage.

C'est à l'occasion du T3 Business Forum que Gilles Delaruelle a levé un bout du voile. Sa deuxième start-up comptait parmi les 40 entreprises qui ont pitché. Il s'agit de Day Experience, un site en construction, qui va s'ancrer sur le marché des excursions, des activités ert des transferts.

L'entreprise est immatriculée comme agence de voyages depuis le mois de juin 2014. D’après Societe.com, Gilles Delaruelle est président de la jeune pousse, alors que Ridha Bouasker, directeur général de la société technologique Advences, occupe le poste de directeur général.

Des solutions B2B, B2C et B2B2C

"La société Day Expérience commercialise des B2B en marque blanche et des B2B2C toujours en marque blanche, explique Gilles Delaruelle, par ailleurs PDG de Doyourtravel, un site regroupant 480 réceptifs. Et nous exportons des flux XML sur des plates-formes ou des applications de réservations, en plus d’avoir un B2C", en ligne courant janvier. "Nous avons plus de 20 000 activités dans plus de 420 villes dans le monde". Day Experience ciblera pour commencer une clientèle française, mais planifie déjà son déploiement à l’international. Le contenu est pour l’heure bilingue (français/anglais).

Des synergies sont-elles envisagées avec Doyourtravel ? "Nous avons déjà plusieurs clients de Doyourtravel qui sont intéressés par nos solutions B2B, B2B2C et flux XML", répond Gilles Delaruelle.

Sur les pas de Viator

Day Experience investit le terrain de jeu de l'américain Viator, récemment racheté par le site d’avis TripAdvisor, et du français Ceetiz.

"Nous allons sur leurs terres, mais le marché n’est pas mature. Nous pensons qu’il reste des places à prendre. D'autant que nous avons la particularité d'interconnecter les principaux fournisseurs d’activités comme Viator et Tourico, des vendeurs de places de spectacles et de sport, et les activités de partenaires réceptifs".

Le marché européen des activités représente un volume d’affaires de 37 milliards d’euros par an, soit le troisième produit économique le plus important après le transport aérien et l'hôtellerie, selon le cabinet d’études PhoCusWright. Surtout, seulement 25% des ventes sont en ligne, ce qui témoigne du potentiel considérable des acteurs spécialisés en la matière sur Internet.

L'enjeu mobile

La faible digitalisation des billets d’excursions et d’autres monuments résulte notamment de l'atomatisation du secteur, qui est dispersé entre un nombre pléthorique de petits acteurs, éclatés sur la mappemonde mondiale. Avec une contrainte de taille : la faiblesse des marges, qui impose le volume.

C’est par le mobile que les agrégateurs d’activités devront transformer le parcours d’achat. A charge pour eux de convaincre les voyageurs de ne plus réserver offline, mais d’utiliser leur smartphone pour s’épargner, notamment, des files d’attente.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique