Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fuerteventura, l’ î le tranquille des Canaries

Laure Milliet, vendeuse chez Saint-Nom-la-Bretèche Voyages, a six mois d’expérience seulement. Merîlia lui a permis de découvrir Fuerteventura, aux Canaries.

Merîlia est l’un des rares TO à proposer Fuerteventura, et Air Europa dessert cette île des Canaries via Madrid. Il était donc logique qu’ils s’associent pour cet éductour. Fuerteventura, c’est l’île tranquille de l’archipel. On devine pourquoi en survolant ses vastes étendues volcaniques, avant d’atterrir sur la piste tracée en bord de mer. L’île est néanmoins connue des windsurfers du monde entier, pour la qualité de ses spots.

Avant d’en juger par nous-mêmes, nous avons rejoint l’Elba Palace Golf, à quelques minutes de l’aéroport. L’hôtel est idéal pour les golfeurs, puisque le parcours est juste à côté. En revanche, les non-golfeurs le trouveront un peu excentré. Le lendemain, nous sommes partis à la découverte de l’île. Le réseau routier est en excellent état, ce qui facilite les excursions. Notre périple nous a d’abord conduits au parc zoologique La Lajita. Au programme : reptiles et crocodiles que nous avons même touchés (frissons garantis !), singes qui hésitent entre séduction et crachats, faucons et otaries. Le parc est aussi un jardin botanique luxuriant, ce qui paraît incroyable car les alentours sont désertiques.

La balade à dos de chameau qui a suivie fut particulièrement amusante. Notre caravane s’est retrouvée au sommet d’une petite colline offrant une vue superbe sur la mer, avant le déjeuner au Risco del Gato, qui nous a permis de visiter l’hôtel. Les chambres sont originales, avec leurs salles de bains en igloo percées de grandes lucarnes vitrées. Aucun risque d’être vu pour autant, puisque chaque chambre a sa cour privée. L’après-midi fut sportive, avec une initiation au windsurf sur les plages de Jandia. Le sud de l’île est réputé plus calme, car moins venteux, mais comme nous étions presque tous débutants, ce fut un grand moment !

Des chèvres sur la roche

Le programme du lendemain était plus calme, puisque nous avons parcouru les routes de l’intérieur. L’occasion, en passant par les villages de La Oliva et Betancuria, de découvrir la vie et le passé de l’île, à travers de petits musées, des maisons traditionnelles où travaillent des artisans. La pluie, pourtant rare sur l’île, nous a surpris. Ce qui ne m’a pas empêchée d’apprécier les paysages, avec ces étendues de roches, où gambadent des troupeaux de chèvres qui apportent une réelle touche de vie.

La fin du séjour nous a permis de jouir du Kempinski Atlantis Bahia Real, où nous avons passé trois nuits. Malgré sa taille, l’hôtel reste intime, conjuguant luxe, chic et charme. Depuis les chambres, on entend même les vagues ! Et la vue sur Lanzarote, en face, est magnifique. J’ai apprécié la qualité du service, des différents restaurants et du vaste Spa, bien agencé.

Pour la clientèle familiale, le Suite Hôtel, situé également à Corralejo et qui appartient au même groupe hôtelier Atlantis, est plus adapté. Dans les deux cas, on peut rejoindre aisément le village en taxi, par exemple pour siroter un rhum-miel dans l’un des bars. Depuis les deux hôtels, on peut aussi s’offrir une balade à pied jusqu’à l’immense plage. D’autant que comme sur le reste de l’île, les zones de dunes et de plages sont préservées. Même si Fuerteventura continue son développement touristique, elle restera toujours sauvage et tranquille. Tant mieux.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique