Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fram dément l’hypothèse du dépôt de bilan

Le TO a creusé ses pertes en 2012, avec un déficit d’exploitation consolidé de 22,6 M€, mais il dément l'hypothèse d'un dépôt de bilan.

Fram en finira-t-il jamais avec ses vieux démons ? Le groupe continue en tout cas de tanguer et la crise survenue hier, lors de l’Assemblée générale des actionnaires, n’apporte aucune réassurance sur l’avenir.

Avec une nouvelle gouvernance, la troisième en six mois, et le départ de Daniel Cohen sur fond de divergences stratégiques, Fram va en effet avoir du mal à convaincre que "son redressement est en cours sur la partie opérationnelle", comme l’annonce pourtant le communiqué publié hier à l'issue de l'Assemblée générale. 

Visiblement rédigé avant que soit voté le départ de Daniel Cohen par les actionnaires, ce texte détaille des résultats annuels encore plus mauvais qu’escomptés.

Une perte opérationnelle de 22,6M€

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe s’établit à 455 M€ en 2012, en hausse de 3% par rapport à 2011, mais "grâce à la forte croissance de la filiale Plein Vent". La maison mère Voyages Fram comptabilise une perte d’exploitation de 15,4M€, contre 11,3M€ en 2011. Le résultat d’exploitation consolidé affiche une perte de 22,6 M€, comparativement à 19,6M€ en 2011.

"Le groupe a continué de souffrir en 2012 du faible volume d’activité des filiales marocaines et tunisiennes à l’origine de 5,7M€ de pertes d’exploitation (6,7M€ en 2011). Les filiales espagnoles et italiennes, ainsi que Plein Vent sont bénéficiaires", justifie le communiqué.

Une stratégie sans tête

Dans une citation, Daniel Cohen explique : "Malgré des résultats financiers négatifs en 2012, la situation bilancielle du groupe Fram reste solide compte tenu de la grande valeur de son patrimoine immobilier en regard d’un endettement financier modéré. Les nombreuses actions opérationnelles actuellement menées visent à restaurer durablement la profitabilité  à partir de l’exercice 2015, et dès cette année, nous visons une diminution par deux de la perte d’exploitation. Des discussions sont en cours avec différents partenaires, en France et à l’étranger, afin de conforter la situation de l’entreprise. "

Pas sûr que tout cela soit encore d’actualité, le président du Directoire ayant donc été débarqué sans sommation, à la stupeur des salariés.

Fram dément un dépôt de bilan

Dans ces conditions," le  rebond amorcé" annoncé avec beaucoup d’optimisme par un communiqué, qui évite de parler du prêt de 10M€ arrivant à échéance dans quelques jours et des moyens nécessaires au redressement (40M€ estimés), semble peu crédible. "La vision commune des actionnaires historiques" n'est par ailleurs pas précisée. 

"Fram doit gérer serré", a reconnu le nouveau directeur général adjoint de Fram, Jean-François Habert, joint par l'AFP dans la soirée. Mais malgré "une trésorie tendue", "la situation est sous contrôle", indique-t-il. "Nous ne négocions pas avec le couteau sous la gorge face aux banques. Et nous pourrons payer les salaires le mois prochain, il n'y aucune inquiétude là-dessus !"

Interrogé sur les raisons du départ soudain de Daniel Cohen et sur le fait que les actionnaires familiaux de Fram ont refusé d'apporter certaines garanties financières exigées par les banques, Jean-François Habert a simplement affirmé qu'"il n'y a pas de refus de caution" de la part des actionnaires familiaux Chaubet et Colson.

Les discussions continuent avec les banques

"Il y a des discussions avec les banques. Certaines choses ne peuvent être acceptées, mais les actionnaires ont une vraie volonté d'aboutir à un accord et sont parfaitement ouverts à l'idée d'apporter certaines garanties".

Dans un nouveau communiqué, Fram précise que "les discussions d'octroi d'une ligne de crédit de 10 millions d'euros avancent". Par ailleurs, "la banque d'affaires Kepler poursuit sa mission de levée de fonds et de recherche d'un nouvel investisseur et a d'ores et déjà recueilli plusieurs marques d'intérêt".

A lire aussi : Qui est le nouveau patron de Fram?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique