Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Frais de gestion des avoirs : Air France refuse la demande des agences

Air France dédommage les agences à hauteur de 10 euros la gestion d’un avoir. Pourtant, elle facture elle-même 50 euros. Explications.

« Nous demandons à Air France de revaloriser à 50 euros par dossier la prise en charge du traitement des EMD par les agents de voyages », martèle Fabrice Dariot, fondateur de l’agence Bourse des Vols. Les Entreprises du Voyage (EdV) ont formulé cette requête concernant les avoirs auprès de la compagnie aérienne. Une requête qui reste lettre morte. « Nous sommes dans une situation de blocage, souligne Jean-Pierre Mas, président des EdV. Air France propose seulement 10 euros, ce qui ne correspond pas au travail effectué par l’agence. Nous ne sommes pas corvéables à merci. »

Une situation d’autant plus regrettable qu’en refusant d’appliquer le Règlement européen (CE n°261/2004) sur le droit des consommateurs au remboursement des vols annulés, plusieurs compagnies sont à l’origine même du surcroît de travail, notent les EdV. Leurs flux automatiques de remboursement des billets émis par les distributeurs sont effectivement coupés.

Air France facture 50 euros

« En tant qu’intermédiaires, la gestion des avoirs crée une charge de travail gigantesque », estimée à une heure par passager, ajoute Fabrice Dariot. « Air France facture d’ailleurs 50 euros la gestion d’un avoir pour compte de tiers », poursuit-il, en partageant une capture du catalogue d’écran d’Air France (ci-contre). « Pourquoi notre travail coûte-t-il cinq fois moins cher que celui des agences, alors même que les EMD nous sont imposés, ainsi qu’à nos clients ? »

Nous avons interrogé la compagnie, pour savoir si elle allait faire évoluer sa tarification. Or la direction campe sur ses positions. : « Sur le bonus aux agences de voyages pour les émissions d’un EMD Covid en vue de l’achat d’un nouveau billet, le montant est de 10 euros », nous a répondu hier son service presse. Cet incentive a vocation à « accompagner l’agence dont le client souhaite réserver un nouveau voyage grâce à son dossier Covid, est-il ajouté. Dans le cas contraire, l’auto-refund lui permettra un remboursement fluide et rapide ».

De surcroît, Air France estime qu’elle facilite la gestion des dossiers Covid. « Pour le traitement des EMD, dès le début de cette crise, nous avons obtenu le maintien des PNR ‘vivants’ sans action spécifique de l’agence. Le stock est aujourd’hui majoritairement composé de PNR vivants et l’incentive s’applique également à ces PNR. »

Private channel : un sursis, et après ?

Un autre sujet sensible vient troubler les relations entre la compagnie nationale et les agences de voyages : les contenus NDC. La solution NDC d’Air France n’étant pas prête, une surcharge de 12 euros par segment devait s’appliquer sur Amadeus dès le 1er juillet. Finalement, un sursis de deux semaines a été accordé. Et après ?

« Concernant le Private Channel, les agences ont été informées par nos équipes commerciales de la prolongation temporaire du Private Channel jusqu’à mi-juillet, explique Air France. Les négociations pour un accord final sur l’utilisation d’Amadeus en tant qu’agrégateur NDC continuent d’ici là pour la suite, au-delà de cette date. »

A lire aussi :

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique