Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

En 2014, le voyage d’affaires est en légère croissance

Pas d’euphorie sur le marché du voyage d’affaires en Europe, mais des signes d’une légère reprise, avec une hausse de 0,9% des budgets et des perspectives à l’étale pour 2015, selon le baromètre d'American Express.

C’est à la présentation d’un Baromètre American Express Voyage d’affaires au format raccourci auquel les participants de l’EVP ont assisté jeudi 15 janvier, au palais Brongniart.

Guillaume Col, Pdg d’American Express Voyage d’Affaires France, Belgique et Pays-Bas, a ainsi délivré les principaux enseignements de l’étude annuelle réalisée par l’institut Concomitance*.

Hausse de 0,9% des dépenses

Premier chiffre à retenir, celui du volume des dépenses pour les déplacements professionnels, en augmentation de +0,9% en 2014 vs +0,5% en 2013. Des déplacements principalement motivés par l’action commerciale d’entreprises en quête de nouveaux business, et davantage concentrés cette année sur la zone Europe. «Qu’il s’agisse de conserver des clients, d’en conquérir de nouveaux ou de développer de nouveaux marchés, les entreprises sont conscientes de l’importance du voyage d’affaires pour soutenir leur développement commercial. Elles y consacrent désormais 51% de leur budget voyage d’affaires, contre 46% en 2103», a souligné Guillaume Col. 83% des personnes interrogées considèrent malgré tout les voyages d’affaires comme une dépense, les 17% restants évoquant un investissement au service du développement de l’entreprise.

Au premier rang de ces dépenses, figurent sans surprise les billets d’avion (39%), suivi de l’hôtellerie (24%) et des billets de train (12%), l’achat de ces derniers marquant d’ailleurs une baisse de 4% en 2014.

3 principales priorités pour les entreprises

Pour 9 entreprises sur 10, le contrôle des coûts reste la priorité numéro 1 en termes de politique voyage. Cependant, "c’est la première fois cette année que ce levier est en stagnation dans notre étude", souligne Guillaume Col. En matière de best buy, les entreprises pourraient avoir atteint la limite. D’autre part, ce levier n’apparaît pas synonyme d’économies à moyen terme.

Deuxième impératif, la sécurité des voyageurs d’affaires, critère en très nette augmentation avec +24% au cours des deux dernières années, qui risque encore d’augmenter dans le contexte actuel. Enfin, la troisième prioritée est la vision complète des dépenses, à savoir le coût direct (agences et fournisseurs) et les coûts indirects (temps hommes en interne, les investissements informatiques, les coûts d’administratifs, etc.).

Calculer un TCO (Total Cost of ownership)

Afin d’acquérir cette vision globale de leurs dépenses, les entreprises comprennent l’importance grandissante des solutions end-to-end. C’est donc logiquement que le taux d’équipement en Self booking tool (réservation) et en Expense management solution (notes de frais) s’accélère. Ainsi, 43% des entreprises en 2014, contre 26% en 2013, sont équipées à la fois de SBT et de EMS. Et pour 2/3 d’entre elles, l’outil de résarvation en ligne intègre 75% des fournisseurs et prestations.

Les leviers d’amélioration

Pour accompagner la recherche d’un meilleur ROI, les outils de mobilité apparaissent de plus en plus en bonne place. Le mobile arrive ainsi en troisième position (13% des répondants), à égalité avec la recherche de nouveaux prestataires. Concernant le mobile, qui s’impose désormais comme un canal majeur intégré dans le programme de déplacement de la majorité des entreprises, le "plus" utilisateurs concerne la réception d’alertes fournisseurs (87% des répondants), le check in (77%), les alertes sécurité (74%) et la modification de réservations (60%).

En revanche, pas d’amélioration à déceler en matière de confort des voyageurs d’affaires. Quatrième priorité en 2013, celle-ci a été reléguée à la 6e place en 2014, signe que les conditions du voyage ne sont pas une priorité pour l’entreprise. Un jugement évidemment peu partagé par les collaborateurs…

* Auprès de 581 entreprises européennes et 10 marchés (France, UK, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Suède, Norvège)

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique