Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

ÉDITO. Vacances d’été : le Covid dictera (encore) nos choix

La France, destination star de l’été ? A n’en pas douter ! Mais l’Europe n’a pas dit son dernier mot…

Depuis le mois de novembre 2020, le sujet du vaccin est en surchauffe médiatique. Dans la foulée, les pros du voyage ont nourri l’espoir d’une année 2021 meilleure que 2020. Trois mois et quelques variants plus tard, le moral des troupes replonge tout net. « D’ici la fin de l’été, nous aurons proposé un vaccin à tous les Français qui le souhaitent », a tweeté Emmanuel Macron le 2 février. Autant dire le début de l’automne… Et sans doute, pour une première dose en général. En clair, la période estivale restera plombée par la pandémie.

D’ici là, les frontières auront bien du mal à rouvrir. Le motif impérieux, imposé pour les voyages hors espace européen et vers les Dom-Tom, risque de perdurer plusieurs semaines encore. De l’Asie/Pacifique à l’Amérique du Nord, les destinations lointaines sont de leurs côtés plus que frileuses envers les visiteurs étrangers. Et s’ils rêvent de s’évader en toute liberté, les Français, eux, n’ont pas envie d’être rattrapés par des quarantaines et autres restrictions décidées sans préavis.  

Le motif impérieux de voyage risque de perdurer.

Pas étonnant que voyagistes et compagnies aériennes revoient, doucement mais surement, leur copie. Cet été, « la Grèce sera sans aucun doute une destination incontournable », clame déjà Kuoni France. Le TO Asia stoppe ses départs vers l’Asie/Pacifique et le Moyen-Orient, au moins jusqu’à la fin mars, et se recentre sur l’Europe avec Intermèdes. Le Club Med invite à partir en France, en Italie ou en Grèce cet été…

L’Europe, c’est aujourd’hui l’étalon-refuge, et un pari naturel. Car si le Quai d’Orsay déconseille strictement les voyages à l’étranger, il ira difficilement jusqu’à ajouter un motif impérieux pour les voyages au sein de l’Union européenne. Pour des raisons politiques et diplomatiques, cette option est difficilement concevable. Sauf si le gouvernement décidait d’un troisième confinement.

Pour mémoire, c’est seulement le 15 juin que les frontières au sein de l’Europe avaient rouvert en 2020, en ordre dispersé. Et dans la foulée, les vacanciers français avaient choisi, à 94%, la destination France (source ADN Tourisme). Un été bleu-blanc-rouge, de nombreux Français le préparent déjà, par sécurité. L’été 2021 sera-t-il une simple répétition générale de l’été 2020 ? La question se pose, et appelle les professionnels du voyage à se préparer en conséquence. D’autant plus qu’il reste de nombreux avoirs à convertir en vacances, avant l’échéance d’un remboursement obligatoire envers le client.

Rouvrir les musées ? Il en va de notre santé morale.

Reste à réveiller la Belle endormie. Sans bars ni restaurants, avec un couvre-feu à 18h, la France n’est pas glamour. Heureusement, la culture ferait bientôt son retour. Si l’on en croit les déclarations de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, les musées et monuments seront « les premiers à rouvrir ». On a hâte, il en va de notre santé morale. D’ailleurs, l’infectiologue Eric Caumes plaide en faveur de la réouverture des lieux culturels et sportifs au nom de la santé psychique des Français qui « tombent dans la sinistrose ». Du bon sens !

D’autres bulles d’espoir émergent, de par le monde. Ainsi, la Grèce et Israël ont décidé de permettre à leurs voyageurs respectifs ayant été vaccinés contre le Covid de voyager sans restriction entre les deux pays… Une piste de réouverture intéressante pour les destinations.

1 commentaire
  1. christian dit

    Comment pouvez vous écrire que la Grece sera la destination incontournable? La Grece exige un test pcr negatif de moins de 72 heures, les qr codes et une semaine de quarantaine. Quel touriste pourra assez fou pour accepter cela? Meme une quarantaine reduite c’est deja trop. Le plaisir des vacances sera gaché. Les pays qui maintiendront une quarantaine seront les grands perdants de la course aux touristes.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique