Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Du mieux pour la SNCF en 2021, mais encore une année « on/off »

Malgré des résultats toujours en berne, la SNCF reste optimiste. Confiante en ses innovations et les nouveaux usages des voyageurs.

En 2021, la fréquentation des trains de la SNCF a progressé de 23% par rapport à 2020. Mais de quoi se réjouir outre mesure. Elle reste de 29% inférieure à celle de 2019 avant la crise sanitaire (1,2 milliard de voyageurs). Lors d’un point avec la presse, le PDG de SNCF Voyageurs Christophe Fanichet a indiqué que « l’année 2021 avait été contrastée », la qualifiant d’année « on/off ». « Quand les contraintes sanitaires sont faibles (…), les voyageurs sont là. Et dès l’instant où les contraintes sanitaires sont présentes, les voyageurs sont beaucoup moins nombreux, voire disparaissent. »

Désormais, les variations sont « extrêmement rapides ». En tout cas, « l’appétit de mobilité des Français » est bien là. Quand ils peuvent, ils se projettent. Pour les vacances de février, 750 000 billets ont été vendus. La hausse de 23% du trafic voyageurs par rapport à 2020 est constatée sur tous les trains. Les grandes lignes (TGV, Ouigo et Intercités) ont augmenté de 37%, les TER de 23% et les Transilien de 21%.

Confiant pour 2022

Mais pour la SNCF, la mauvaise nouvelle c’est qu’un tiers des professionnels ne sont pas revenus en première classe. Le voyage d’affaires étant la ressource principale de la SNCF puisque le prix des billets en classe affaires est plus élevé. Le dirigeant observe également un changement profond des usages. « Désormais on ne parle plus d’heure de pointe mais de jour de pointe. C’est le mardi, sans doute avec la généralisation du covoiturage. Même constat pour la ‘pointe du week-end’. Désormais c’est un phénomène qui s’étend du jeudi au lundi soir. »

Pour 2022, Christophe Fanichet se dit « confiant », même s’il reconnaît qu’il « faut être prudent ». Le variant Omicron n’a pas eu d’effet sur le trafic pendant les vacances de Noël (5,5 millions de billets vendus). Cependant, les réservations ont baissé de 30% depuis la rentrée de janvier et de 50% pour le voyage d’affaires (par rapport à 2018). Le taux d’occupation des TGV est actuellement autour de 50%.

SNCF Connect sortira le 25 janvier

Par ailleurs, les réservations pour les vacances de février sont inférieures de 20% à la normale, selon Christophe Fanichet. La SNCF a en conséquence annulé 10% des TGV et 20% des Intercités. « Nous augmenterons ou nous baisserons nos plans de transport » en fonction de l’intensité de la vague de Covid-19, a-t-il indiqué.

« Nos deux mantras, c’est de continuer à faire moins cher et plus simple », a souligné Christophe Fanichet. Pour faire moins cher, la SNCF veut poursuivre dans sa politique de ‘prix canon’ avec des ventes flash (600 000 billets vendu en 2 jours lors de la dernière), le développement de ses cartes de fidélité ( 3 millions de clients pour la carte Avantage) et la mise en place d’une formule d’abonnement « TGV Max Senior ».

Quant à la simplicité, la compagnie compte lancer son application unique SNCF Connect le 25 janvier. Elle va travailler sur des « irritants » tels que la fluidité des trajets en correspondance ou les systèmes d’échange et de remboursement des billets, a promis le PDG

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique