Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

[EXCLUSIF] L’accord sur les salaires minima est (enfin) signé pour les opérateurs du voyage

Organisations syndicales patronales et partenaires sociaux ont trouvé un compromis sur les niveaux de minima conventionnels, dans le cadre des fameuses NAO.

C’est signé ! L’accord est paraphé par deux organisations patronales , les Entreprises du Voyage/EdV et le Syndicat des entreprises du tour-operating/Seto, et trois organisations Syndicales : la CFTC, la CFDT et la CGE-CGC. Un accord qui s’inscrit dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO).

Catégorie A : revalorisation de 3,79%

Résultat : les salaires minima du Groupe A sont revalorisés rétroactivement de 3,79% au 1er décembre 2021 et de 0,88% au 1er janvier 2022. Ceux du Groupe B, de 2% au 1er décembre 2021, et ceux des Groupes B à G, de 1% au 1er mars 2022.

« Notre dernier accord remontait à 2019, nous explique Valérie Boned, secrétaire générale des EdV. Les salaires minimums des groupe A et B étaient passés sous le Smic, ce qui n’était plus acceptable. Avec le nouvel accord, ils repassent au-dessus du Smic. » Les autres groupes ont été réévalués dans un souci de cohérence.

« Si l’on veut recréer de l’attractivité, il faut avoir une politique salariale plus dynamique », indiquait Jean-Pierre Mas, président des EdV, lors de l’IFTM 2021. C’est le sens des négociations qui viennent d’aboutir entre les organisations syndicales et patronales, après une année blanche à cause de la pandémie.

Que impact ?

« L’impact est réel, sur les salaires qui sont payés à l’identique des minima, souligne Valérie Boned. Il a un second impact, sur les primes d’ancienneté qui sont justement calculées sur ces minimums. Chaque mouvement que nous faisons est susceptible d’augmenter les charges. Le nouvel accord montre que nous faisons des efforts malgré la crise. »

Le cas échéant, il incombe aux entreprises d’effectuer les régularisations nécessaires sur les salaires et la prime d’ancienneté du mois de décembre 2021 pour les salariés des groupes A et B concernés.

Il n’a pas été facile de trouver un accord entre organisations syndicales patronales et partenaires sociaux sur les niveaux de minima conventionnels. Les contraintes étaient de plusieurs natures : l’inflation, la perte d’attractivité du secteur, la dégradation des résultats des entreprises sous l’effet de la pandémie.

Jean-Pierre Mas salue « la qualité du travail de Morgan Butty, président de la commission Affaires sociales. René-Marc Chikli, président du Seto, « le travail des équipes ayant négocié cet accord pour parvenir à « un juste équilibre ».

Une nouvelle réunion sur les NAO est prévue au mois d’avril, afin de réévaluer la situation en fonction de la pandémie.

__________________________________________

Pour les guides accompagnateurs et accompagnateurs 

Pour la Convention collective nationale des guides accompagnateurs et accompagnateurs au service des Agences de voyages et de tourisme, l’accord prévoit une revalorisation de l’indemnité du coût du repas du guide à 20 euros, contre 18,60€ auparavant, lorsque celui-ci n’est pas compris dans la prestation ou le forfait de l’agence. Cette réévaluation prend effet au 1er janvier 2022.

Pour en savoir plus, voici l’accord salarial.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique