Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Didier Sylvestre (Exotismes) : « Des annonces qui fixent les premières règles de la reprise »

Suite aux annonces du gouvernement concernant les DROM-COM, Didier Sylvestre, le directeur général adjoint en charge du commercial d’Exotismes, espère que la situation va s’éclaircir rapidement pour d’autres destinations… et pour tous les publics.

L’Echo touristique : Le calendrier d’allègement des restrictions de voyage pour l’Outre-mer présenté par le gouvernement, c’est une bonne nouvelle ?

Didier Sylvestre : C’est un signe fort, qui donne le ton. Pour Exotismes, c’est la première étape vers la reprise des voyages. Même si nous n’avons jamais arrêté de travailler ! Chaque semaine, nous avons organisé des départs. Mais les dernières annonces du gouvernement, et notamment la levée des motifs impérieux vers de nombreuses destinations, permettent de fixer les premières règles de la reprise, de définir un cadre.

L’Echo touristique : Certains points coincent encore, comme l’auto-isolement imposé parfois même aux personnes vaccinées…

Didier Sylvestre : Nous espérons que ces premières annonces en amèneront d’autres, très vite, et que les contraintes les plus fortes seront allégées rapidement. Même si nous comprenons que toutes ces mesures, et le fait de les adapter à chaque territoire, visent avant tout à protéger la population locale. C’est la priorité, et nous le comprenons. Mais cette territorialisation nous permet au moins de comprendre quelles décisions sont prises, dans quels territoires, et pour quelles raisons. Ça n’a pas toujours été le cas, et ça éclaircit de nombreuses zones d’ombre. Par ailleurs, quand on voit l’évolution de la situation sanitaire, on peut espérer que ces mesures soient allégées, y compris vers les destinations étrangères, car la demande existe.

A quelles destinations pensez-vous ?

Didier Sylvestre : Aux destinations qui sont ouvertes au tourisme international, mais dans lesquelles les Français ne peuvent pas se rendre, sauf motif impérieux, comme la République dominicaine ou les Maldives par exemple. Le fait est que les Français trouvent un moyen de contourner ces motifs impérieux, quand ils n’en ont pas, pour se rendre sur place. Les voyagistes et agences de voyages, qui agissent dans un cadre bien légal en France, voient une partie du marché s’échapper vers les plateformes en ligne type Airbnb ou Booking et s’en trouvent affaiblies. Donc nous espérons que les mesures d’allègement vers les DROM-COM, par ricochet, s’étendront aux autres destinations.

Le mois de juin est propice à une reprise d’envergure pour un tour-opérateur comme le vôtre, avec une pleine saison hivernale ?

Didier Sylvestre : Le mois de juin n’est pas le plus fort pour nous, c’est évident, mais ces annonces vont nous permettre de satisfaire toute une clientèle qu’on pourrait qualifier de « basse saison ». Il s’agit d’une clientèle de seniors ou de jeunes, en tout cas qui n’ont pas d’enfant à charge, et qui ont l’habitude de partir à la mi-juin, notamment pour les questions tarifaires, et pour partir en long-courrier au prix du moyen-courrier l’été. D’autant plus que les climats de la plupart de nos destinations sont favorables au mois de juin. Nous allons donc pouvoir répondre à cette clientèle, à condition qu’elle soit vaccinée bien sûr, mais également faire partir des clients qui ont déjà reporté 2 ou 3 fois leur voyage. Même si nous ne réaliserons pas que des voyages issus des avoirs : nous enregistrons de nombreuses prises de commandes depuis une quinzaine de jours.

Les clients sont donc de retour ?

Didier Sylvestre : Sur les quinze derniers jours, c’est à dire avant l’annonce concernant les DROM-COM, nous avons enregistré 50% des prises de commandes réalisées sur la même période en 2019, une année record pour Exotismes. Elles portent sur l’été, mais aussi sur l’hiver prochain, et même sur 2022, avec parfois de très beaux dossiers en famille ou de groupes d’amis, notamment vers l’outre-mer, et les produits type villas indépendantes. On constate que le marché se remet en route de lui-même. Nous avons même augmenté notre stock, aux Antilles et en République Dominicaine. Les annonces d’hier ont été un vrai soulagement pour nos équipes et pour la distribution. Nous avons tous envie de pouvoir exercer le cœur de notre métier : faire partir les gens en vacances. Même si nous sommes conscients que tout ceci est fragile, et que nous saurons faire face à de nouvelles restrictions, s’il devait y en avoir.

Exotismes a adapté sa politique commerciale au contexte ?

Didier Sylvestre : Nous proposons une garantie « annulation sans frais » avec report ou remboursement, et nous savons que nous aurons encore des dossiers annulés : ça fait partie de la vie d’un tour-opérateur. En cas d’annulation, et notamment pour motifs liés à la pandémie, nous analyserons chaque dossier, au cas par cas, pour définir la meilleure attitude commerciale à adopter. Dans tous les cas, notre priorité sera de « sauver » le dossier, si on peut s’exprimer ainsi. Nous privilégierons le report du voyage, plutôt que son annulation et son remboursement. D’autant plus que les voyages que nous vendons sont souvent de beaux projets, sur lesquels l’agence de voyages a beaucoup travaillé. Donc nous, comme nos partenaires agents de voyages, et leurs clients, n’avons aucun intérêt à rembourser un voyage déjà réservé et payé.

A lire aussi : 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique