Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Des modules en bois pour des hôtels écolos

NULL

C’est quoi l’idée ?

Le bois est douze fois plus isolant que le béton. Il absorbe naturellement l’humidité ambiante pour la restituer graduellement et permet de capter du CO2 s’il est issu d’une forêt gérée durablement. Pour la première fois, il va être utilisé pour la construction de modules préfabriqués destinés à l’hôtellerie.

Qui le fait ?

Le bois est utilisé traditionnellement dans plusieurs régions du monde. En France, on le retrouve dans les « cabanes », notamment chez Huttopia, mais aussi au sein de l’hôtel La Grée des Landes ou bien dans les chambres d’hôtes bioclimatiques de l’écolodge Le Bruit de l’Eau, en Picardie. Le cabinet AE Concept travaille actuellement avec le réseau Balladins pour aller plus loin et ainsi proposer de nouvelles solutions durables aux franchisés qui souhaiteraient construire ou s’agrandir, grâce à des modules en bois préfabriqués.

Un projet qui prend vie

Alain Ezavin, designer et concepteur du projet Comod’Hô, a mis plusieurs années avant de concrétiser son projet. S’il existe, à l’étranger, des sociétés construisant des modules d’hébergements en bois, impossible de trouver un fournisseur à des prix corrects en France. Les modules sont donc entièrement équipés et montés dans un atelier en Espagne, avec du bois issu de forêts gérées durablement. Selon Alain Ezavin, les modules Comod’Hô n’auraient que des avantages. Leur coût d’abord, qui reste en dessous des exigences de retour sur investissement des hôteliers, en général de sept ans. « Sans le foncier, mais avec tout l’équipement, on est à environ 42 000 à 45 000 euros la chambre » détaille-t-il. Les modules permettent également de pouvoir livrer une construction en un temps record, environ quatre mois. Surtout, ils sont certifiés BBC (bâtiment basse consommation) et consomment moins de 50kWh/m2 /an, voire moins si l’on ajoute des systèmes d’eau chaude solaire, des panneaux photovoltaïques ou des puits canadiens. Un argument qui permettrait aux hôteliers d’anticiper la prochaine transposition de la norme RT 2012 aux établissements publics. « Cette solution n’a pas encore été adoptée par les hôteliers. Mais notre partenariat avec Balladins pourrait faire avancer les choses. Nous sommes en discussion pour plusieurs projets d’extension d’hôtel ou de construction » précise Alain Ezavin.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique