Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Des LIEUX ATYPIQUES pour des expériences exclusives

Si, économies obligent, le temps consacré aux séminaires ou aux réunions se réduit, les sociétés sont d’autant plus attentives à choisir des sites sinon inoubliables, au moins atypiques. Mais pourquoi réserver l’insolite aux salles de réception ? L’originalité d’un hôtel peut suffire à marquer les esprits des participants pour mieux imprimer le discours ou le message. De même, remercier un client ou trouver un endroit tranquille pour un com

Il y a une dizaine d’années émergeait le concept de « glamping » – contraction de glamour et camping – reléguant le séjour sous canadienne au rayon ringard pour mieux appâter l’écolo bobo. Et l’appât prit ! Bungalows éco-conçus, cabanes dans les arbres, tentes version « Out of Africa » se sont glissées avec le succès que l’on connaît. La clientèle, d’abord de loisirs et individuelle, a su s’étendre au Mice.

Sur un arbre perché…

Il y a de la poésie dans les cabanes arboricoles que l’on rencontre désormais un peu partout en France. Mais rares sont les sites qui en possèdent suffisamment pour envisager d’y loger un groupe. Le Domaine des Ormes, à Dol-de-Bretagne, est de ceux-là : il offre 26 unités écolo perchées à 4, 10 ou 20 mètres et a développé tout un concept dédié aux entreprises (salle de réunion, belle palette d’activités teambuilding, restauration). À une heure de Bordeaux, Cap Cabane a émaillé 4 hectares de forêt landaise de 13 maisonnettes suspendues et, là encore, diversifie les loisirs dans le cadre de séminaires. Un budget plus conséquent mais à la hauteur de l’expérience ? Se réunir en journée avant de privatiser l’observatoire du Pic du Midi à 2 877 mètres d’altitude pour la nuit. Au programme, visite des coulisses du site, voyage-conférence dans le nouveau planétarium et, bien sûr, observation nocturne au télescope. Les 15 chambres disponibles promettent un panorama à couper le souffle sur les Pyrénées et un lever de soleil extraordinaire. Attention : avec l’altitude, l’insomnie est souvent de la partie, assortie de réveils pour le « passage » de Vénus ou de Jupiter. À Pressac, dans le Poitou, c’est un lac de 6 hectares qui s’est métamorphosé en village flottant : 21 logements de 30 à 40 m2 dotés d’un ponton se prêtent également au jeu des réunions et d’un team building assez original (découverte de la fauconnerie, cani-rando…).

Puis le phénomène a évolué et les architectes s’en sont mêlés pour soumettre des projets toujours plus haut de gamme et anticonformistes (dômes géodésiques, cabanes transparentes…) : un cadeau mémorable dans un environnement qui ne l’est souvent pas moins. Une société suisse, Original Glamping – représentée en France par l’agence Mon Plus Beau Voyage – s’est même spécialisée et offre des structures sur-mesure et nomades à transporter où le client le souhaite ! Hors de prix autant qu’imparable pour l’effet recherché.

Suisse aussi, une enveloppe dodue pour des prestations à l’avenant : c’est à la faveur d’une exposition nationale en 2002, que l’hôtel Palafitte 5* est né. Les pavillons de l’architecte lausannois Kurt Hofmann, conçus pour n’être que de passage, ont trouvé une place définitive sur le paisible lac de Neuchâtel, paradis du pilotis depuis la Préhistoire. Aux 24 entités lacustres sur l’étendue d’eau, s’ajoutent 14 bungalows sur le rivage, une salle de conférence, deux pour les sous-commissions et un restaurant partiellement privatisable. Le must ? Se glisser dans l’eau depuis son échelle.

« Sur un Quartier de Lune », « La Casa Tireli-Rela », « Le Cheval de Troie » : de drôles de noms pour un univers décalé, celui de la Balade des Gnomes, un hôtel imaginé par un architecte nostalgique de l’enfance. 11 chambres qui sautent dans un imaginaire fou, non loin de la charmante ville de Durbuy, dans les Ardennes. Et c’est là où le bât blesse parfois : les adresses insolites ne sont pas toujours accessibles facilement : il faudra compter avec le temps de transport.

Détournements majeurs

Et puis, il y a les hôtels plus traditionnels dans leur conception mais qui ont su tirer profit d’une architecture qui ne l’est pas, d’un site qui n’avait pas pour vocation d’accueillir des clients. Fondée au XIIe siècle, l’abbaye royale de Fontevraud – la plus grande cité monastique d’Europe – insère depuis 3 ans 54 chambres qui n’ont rien d’humbles cellules pour moines ou prisonniers qu’abritait l’édifice ! La déco au visuel très marqué – signée Patrick Jouin et Sanjit Manku – a pourtant su se glisser remarquablement derrière ces murs hautains, sans en perturber l’atmosphère feutrée, depuis le bar connecté, réfugié dans la chapelle, au restaurant étoilé sagement installé autour d’un joli cloître. Plus modeste en taille, en prestige – et donc en tarif – l’hôtel Sozo 4* a investi pour sa part une chapelle XIXe siècle au coeur de Nantes. Voûte ogivale, lumineux vitrail, pilastre délicat : chacune des 24 chambres et suites révèle un détail de l’ancienne vocation du lieu tout en assumant un XXIe siècle siglé Starck et Ron Arad. Modernité et respect de la construction également dans l’église des Frères mineurs reconvertie en 4* à vingt minutes de Bruxelles. Aux 79 chambres (de 5 types différents) du Martin’s Patershof se greffent un bar, trois salles de réunion et une impressionnante salle polyvalente dans le choeur du XIIIe siècle. Le goût des pierres chuchotant l’Histoire, l’attachement au beau, l’envie de partager la culture ; telle semble être la philosophie des Hôtels Particuliers. Du château d’Ermenonville face au parc Jean-Jacques Rousseau à l’abbaye des Vaux-de-Cernay (tous deux à une heure de Paris) en passant par le château d’Arpaillargues près d’Uzès, le groupe Savry a ainsi fait revivre 10 splendides sites historiques. Parmi eux, la citadelle du Moyen Âge de Belle-Île-en-Mer remaniée par Vauban. Inscrite aux monuments historiques, ses 64 chambres ne sacrifient pas au confort moderne. Les anciennes casemates font désormais salons et, entre deux réunions dans l’orangerie (10 personnes), la poudrière (50 personnes) ou l’arsenal (jusqu’à 300 personnes), on voyage avec les grands navigateurs dans la salle de la Marine ou l’on parcourt l’histoire de Belle-Île dans le musée qui lui est consacré.

Entre excentricité et authenticité

Des citadelles, le Royaume-Uni en est aussi bien pourvu. On les visite souvent. On y loge plus rarement. Entre l’île de Wight et Portsmouth, deux des quatre forteresses militaires érigées pour contrer les invasions de Napoléon III ont été transformées par Amazing Venues, une société anglaise qui restaure et réhabilite des sites historiques. Fi des 150 soldats qui montaient la garde dans le fort de Spitbank ! Les dortoirs ont cédé la place à 9 suites 5*, 3 salles à manger, une bibliothèque, un bar à champagne et un sauna. Sans compter la piscine à ciel ouvert, chauffée, bien sûr. Plus grand avec ses 22 chambres réparties sur quatre niveaux, le fort No Man’s assume amplement ses 4* : pas moins de 5 bars (dont un converti en cabaret le soir), 2 bains à remous, un spa. On s’y rend en bateau-taxi, voire en hélico. Et, en plus des réunions (jusqu’à 200 personnes), on peut organiser une partie de « laser game », ou une chasse au trésor. Amazing, effectivement !

L’excentricité, une évidence décidément toute britannique. Ainsi, les opportunités de logements atypiques ne manquent pas Outre-Manche. Érigée à l’attention du prince de Galles à la fin du XIXe siècle, la gare de Petworth n’est qu’à 1h30 de Londres. Plus aucun train ne s’y arrête depuis 1955 mais elle a repris vie grâce à un passionné qui, en plus de la restaurer, a également acquis quatre wagons Pullman de l’Orient-Express qui abritent chacun 2 chambres. On se doit d’y loger pour 2 nuits minimum, le temps d’une réunion restreinte en toute discrétion. Surprenant également, les arènes San Pedro à Zacatecas (Mexique) reconverties en 5* de la chaîne Quinta Real. Si la majorité des 49 chambres ouvrent sur un joli patio, seules les suites de luxe plongent sur les arènes du XIX siècle. Bien plus près, l’ancienne Plaza de Toros de Almaden est un monument classé au patrimoine espagnol. Datant de 1752, cette arène hexagonale a été restaurée en respectant l’architecture et les matériaux d’origine. Le site offre 23 chambres à la déco surannée mais garantie locale, qui plonge l’hôte en pleine Castille. En lieu et place des taureaux, l’arène laisse volontiers place à une soirée paëlla et les tarifs sont abordables. En Italie, la région de la Basilicate, alias Lucanie, est connue pour ces « sassi », des maisons troglodytiques. À une heure de l’aéroport de Bari, le superbe village classé de Matera – capitale européenne de la culture en 2019 – abrite un petit bijou d’hôtellerie, le Sextantio Le Grotte della Civita : 18 chambres et suites dont la sobriété se met au service du site, un splendide espace commun dans l’église rupestre du XIIIe siècle, et une terrasse ouverte sur le parc national. La bibliothèque, la boutique et le restaurant se transforment à l’envi en salle de réunion.

Trop décalé ou déjanté : attention danger !

Certaines adresses deviennent presque des monuments à visiter, une expérience à vivre. Comme égarée à 1h de Bilbao, l’étonnante cité du vin de l’entreprise Marques de Riscal créée par Frank Gehry abrite 43 chambres. Entre deux réunions, sous l’extraordinaire canopée de titane rosée et dorée, on visite le complexe de 10 000 m2 avant de profiter du Spa Vinothérapie Caudalie : à retenir pour fidéliser un client ou remercier quelques collaborateurs de haut vol au vu des tarifs. Espagne toujours, mais en Catalogne. Vue de haut, la construction s’apparente à un tas de bouteilles empilées recouvertes d’une mosaïque, hommage délibéré à Gaudí. De face, des fenêtres circulaires, chacune composée d’une multitude de ronds, offrent une impression plus mitigée. Mais une fois dans les chambres, tout s’éclaire : ces cercles simulent les « culs-de-bouteille », offrant une belle vue sur les vignes. À 45 minutes de Barcelone, dans le village de Villagrance del Penèdes, les 12 chambres du Cava et Hotel Mastinell 5* autorisent un comité de direction ou un petit séminaire dans l’une des six élégantes salles de réunion couplé à la découverte des vins du domaine. Et puis, il y a les endroits d’exception, par leur conception atypique autant qu’extraordinaire, bien sûr, mais aussi du fait de leur localisation. Époustouflant, le Poseidon Undersea Resort aux Fidji l’est autant par son unicité que ses tarifs : posées par 15 mètres de fond (et accessibles par un ascenseur) 24 chambres capsules mais aussi une enfilade de restaurant, bar, bibliothèque, spa et salle de conférence dévoilent toutes les couleurs du monde du silence.

Moins célèbre mais tout aussi incongru, Luna Salada, un hôtel en bordure du désert de sel d’Uyuni – au sud de la Bolivie – constitué à 95 % de sel : so

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique