Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Click and Boat lève quatre millions d’euros

La start-up spécialisée dans la location de bateau veut renforcer sa position sur le marché, notamment à l’international, en absorbant certains de ses concurrents.

Après une levée de fonds de 1M€ en 2016, Click and Boat rempile avec un nouveau tour de table de 4M€ auprès de ses actionnaires historiques, dont le fonds d’investissement OLMA Private Equity Fund. Le « Airbnb de la location de bateaux » entend ainsi accélérer son développement, sur un marché très concurrentiel. Des discussions sont en cours pour faire l’acquisition de concurrents basés à l’étranger, indique Edouard Gorioux, le cofondateur. La start-up a déjà racheté son principal concurrent fin 2016.

Ouverture vers le B2B

Pour le spécialiste de la location de bateau en ligne, l’objectif est clair : devenir une référence mondiale de la location de bateaux en ligne. Click and Boat veut élargir le panel des destinations (35 à ce jour). La jeune entreprise vise notamment la Scandinavie où elle prospecte avec l’aide du navigateur François Gabart, recordman du tour du monde en solitaire, parrain officiel et actionnaire depuis début 2018. Egalement entrepreneur, le skipper dirige en Norvège une société d’exportation de bateaux.

Lancée en 2013, la start-up revendique une flotte cumulée de 22 000 bateaux, 200 000 utilisateurs et 40 millions d’euros reversés depuis sa création. Click and Boat a aussi déjà mis les voiles à l’international. Dès 2016, elle s’est lancée en Italie, en Espagne et en Allemagne, avant de s’étendre sur le marché américain en 2017, avec l’ouverture d’un bureau à Miami. Aujourd’hui, les clients américains représentent environ 10% du chiffre d’affaires.

Fin 2017, elle s’est également ouverte au B2B, en référençant sur sa plate-forme l’offre des loueurs de bateaux professionnels. « Ce choix se justifie par nos projets de développement géographique, explique Edouard Gorioux. Sur certaines destinations, c’est la seule option possible. En Croatie, par exemple, la location de bateaux entre particuliers est interdite. »

Devenir un acteur du tourisme à part entière

Autre chantier pour la start-up : recruter, et poursuivre ses investissements technologiques. Une nouvelle application mobile vient tout juste d’être lancée, mais les évolutions sont permanentes, assure Edouard Gorioux. Des innovations d’autant plus stratégiques que Click and Boat se veut accessible au plus grand nombre, et pas seulement aux mordus de nautisme. « Nous allons  de plus en plus nous positionner comme un acteur du tourisme à part entière, explique Edouard Gourioux. Nous développons par exemple notre offre de location de bateau avec skipper, pour que Click and Boat devienne aussi un moyen insolite de passer ses vacances. »

Affirmant être rentable dès 2015, alors qu’elle bouclait seulement son deuxième exercice, la start-up ne souhaite pas dévoiler son chiffre d’affaires. Elle indique toutefois le doubler chaque année, et se rémunérer en prenant une commission de 15% sur chacune des transactions.