Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Billets gratuits : SNCF et Air France relancent le bras de fer

Air France et la SNCF tentent de modifier leurs règles d’attribution des billets à tarifs préférentiels pour leurs salariés. Mais l’opposition des syndicats est vive.

C’est le quotidien Le Parisien qui remet le sujet sur la table. Air France et la SNCF veulent changer leurs règles d’attribution des billets à tarifs préférentiels pour leurs salariés, et plusieurs réunions ont eu lieu à ce sujet au cours des derniers mois. Mais les expériences passées montrent qu’il est difficile de revenir sur des avantages accordés aux salariés.

Si la SNCF a déjà tenté de réformer le système d’attribution des tarifs préférentiels en 2009, une pétition ayant recueilli 100 000 signatures avait poussé l’entreprise à faire demi-tour.

140 millions d'euros par an

En 2010, un rapport de la cour des comptes avait pourtant épinglé la SNCF sur sa gestion des "facilités de circulation". 850 000 personnes – soit 150 000 salariés et leurs ayants droit – bénéficient de ces billets presque gratuits, ce qui repésente un coût de 140 millions d'euros par an pour l’entreprise.

Du côté d’Air France, c’est le plan Transform 2015 qui a conduit la direction à revoir les principes d’attribution des Gratuités Partielles (GP), qui permettent à 50 000 salariés d'accéder à des billets d'avion jusqu’à 80 à 85% an dessous du tarif public. Mais les discussions sont toujours en cours.

Les GP risquent d’être l’étincelle

Sans surprise, les syndicats ont mobilisé les salariés pour faire plier la direction. Une pétition a déjà recueilli 18 000 signatures. Et l’Unsa Aérien, dans une communication envoyée avant l’été, expliquait que si "Transform 2015 est passé sans trop d’embûches, les GP risquent d’être l’étincelle qui mettra le feu aux poudres".

Les GP représentent un "véritable acquis social ayant motivé des générations de salariés des compagnies aériennes dans le monde", et "ils ont été littéralement taillés en pièce à Air France en l’espace de quelques années par les nouveaux responsables", ajoutait la lettre.

Si, du point de vue de certains dirigeants et d'une partie de l'opinion, ces billets sont considérés comme des avantages indus, les salariés défendent en effet, eux, des "acquis sociaux". Comme l’explique un billet du blog "l’Interconnexion n'est plus assurée", qui reprend les témoignages de deux cheminots, "ces voyages quasiment gratuits s'apparentent à tous les avantages dont bénéficient les salariés d'une entreprise, privée ou publique", comme les vacances des enseignants, les avantages fiscaux des journalistes….

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique