Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Après 3 années de baisse, la croisière française repart à la hausse

Paul Nuyens et Erminio Eschena, de Cruise Lines International Association (Clia) France, sont satisfaits. Le marché de la croisière reprend des couleurs en 2018, après trois ans de recul.

Ces trois dernières années, le nombre de passagers français sur les bateaux de croisière était en diminution constante. « Une baisse due à une contraction de l’offre sur le marché français, mais qui correspondait aux plans des armateurs opérant en France », explique Paul Nuyens, nouvellement nommé responsable de la Cruise Lines International Association (Clia) France.

Les pros du secteur avaient d’ailleurs prévu le retour de la croissance en 2018 avec une offre étoffée. Et ils avaient bien vu. « Il nous reste à comptabiliser le quatrième trimestre de 2018, mais les trois premiers nous indiquent une augmentation de 3,9% du nombre de passagers en France. Soit 379 000 personnes », précise Erminio Eschena, le président de Clia pour la France. L’Hexagone retrouve donc une progression au niveau des autres pays européens. « Il faut dire que c’est la seule industrie qui est en croissance constante depuis 10 ans », se réjouit le président. Et les 18 nouveaux bateaux qui viendront gonfler les flottes en 2019 devraient contribuer encore un peu plus à l’essor des vacances sur l’eau.

Améliorer la connaissance des produits

Malheureusement, en France, on parle souvent des mêmes marques alors qu’il en existe une trentaine. Alors pour poursuivre sa croissance, la Clia « veut atteindre le plus possible les agences de voyages ». Et ce grâce à l’action « J’aime la croisière » (du 1er au 10 octobre) mais aussi la Clia Academy, qui fournit des modules de e-learnig sur chaque compagnie et tous leurs produits. « Cela coûte 200 € à l’année d’adhérer à la Clia, mais il suffit de vendre un dossier croisière et ce montant est remboursé », explique Erminio Eschena. Qui en profite également pour rappeler que l’industrie de la croisière est le plus gros contributeur à la rémunération des agents de voyages (en pourcentage et en valeur absolue), mais aussi le plus gros investisseur dans la communication.

En 2019, l’association table sur 30 millions de passagers sur les bateaux croisières dans le monde, contre 28 millions l’année dernière. Parmi les tendances, « la Méditerranée et la Mer Baltique concentrent la moitié de la clientèle française », note Paul Nuyens. Le nombre de petites unités augmente fortement, tout comme les croisières d’exploration. Et contrairement aux idées reçues, la tranche d’âge qui augmente le plus est celle des 20-29 ans (+ 11 %).

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique