Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France s’interroge sur son moyen-courrier

Les résultats enregistrés en 2013 sur le moyen-courrier, réseau qui a généré 800M€ de pertes en 2012, seront déterminants. Jean-Cyril Spinetta, PDG du groupe, a insisté sur "le contrôle des capacités".

Le groupe Air France-KLM a présenté son bilan financier annuel ce vendredi  22 février. "Les résultats sont clairement décevants", a commenté Jean-Cyril Spinetta, le PDG du groupe. C'est en effet en 2013 que les effets des mesures structurelles du plan Transform 2015 seront pleinement visibles.

La situation du moyen-courrier sera un élément clef des résultats du groupe. En 2012, les pertes sur ce réseau ont progressé de près de 100 millions d'euros chez Air France, à près de 700 millions d'euros, et ont légèrement diminué chez KLM.

Jean-Cyril Spinetta a insisté sur le contrôle des capacités, qui vont baisser de 2,1% sur le moyen-courrier, et jusqu'à 6,1% sur le point à point, parallèlement à une croissance de 12% de Transavia. 16 Airbus sortiront ainsi de la flotte d'Air France à l'été 2013.

Reste plusieurs inconnues, notamment sur l'avenir des bases province et les succès du lancement de la compagnie Hop !, qui regroupe les compagnies régionales Airlinair, Britair et Regional.

Les bases de province à l'étude

"Sur les bases de province, on a déjà considérablement retravaillé notre réseau. Nous ferons un bilan en septembre 2013", a déclaré Jean-Cyril Spinetta. Mais si les pertes n'ont pas été réduites de manière suffisante, "il faudra mettre en œuvre des mesures structurelles sur le réseau", a-t-il rappelé.

Les performances du groupe cette année dépendront également de trois facteurs, "qui ne sont pas sous notre contrôle, a rappelé la direction : le contexte économique, le prix du pétrole et la volatilité des changes". "Il n'y a que des éléments négatifs. A l'évidence, il y a une guerre des devises (…), et il n'y a pas de perspective de rebond de la croissance mondiale", a expliqué le directeur financier du groupe, Philippe Calavia.

La groupe a également annoncé que le lancement de l'offre MiNi avait rencontré un "succès commercial considérable" avec 300 000 billets vendus et une amélioration des ventes de 23% sur les lignes où sont proposés des prix MiNi, par rapport à la même période l'an dernier.

Nouveaux accords collectifs

Lors de la présentation de ses résultats, la direction a aussi fait un point sur la rénovation du cadre social, avec la mise en œuvre de nouveaux accords collectifs dès le mois d'avril, en vue de gains de productivité de 15% cette année.

Le gel des salaires chez Air France n'a pas eu d'effet sur les frais de personnel en 2012 (+2,4%), mais devrait jouer à 100% en 2013. Au niveau du groupe, les coûts de personnel, 7,8 milliards d'euros en 2012, devraient baisser à 7,6 milliards en 2013, et 7,4 milliards en 2014 (à charge de pension constante).

Jean-Cyril Spinetta a par ailleurs insisté sur le contrôle des capacités, qui vont baisser de 2,1% sur le moyen-courrier, et jusqu'à 6,1% sur le point à point, parallèlement à une croissance de 12% de Transavia. 16 Airbus sortiront ainsi de la flotte d'Air France à l'été 2013.

La groupe a également annoncé que le lancement de l'offre MiNi avait rencontré un "succès commercial considérable" avec 300 000 billets vendus et une amélioration des ventes de 23% sur les lignes où sont proposés des prix MiNi, par rapport à la même période l'an dernier.

 

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique